«Facebook devient votre mémoire ouverte à tous», fait valoir l'auteur.

Big Brother a-t-il remplacé Dieu?

Il y a quelques mois, j'ai ouvert un compte Facebook. Je me rends compte qu'en des données personnelles et des images de ses activités dans ce bottin, chacun monte un dossier bien étoffé, comme on le ferait dans la police. Et vous savez que le réseau s'approprie les droits sur tout ce que vous y apportez.
Facebook demeure une saisie, par Big Brother, de vos élans personnels, de vos goûts, vos lectures, vos voyages et de votre pensée, un enregistrement utile de votre réseau d'amis. En fait, Facebook devient votre mémoire ouverte à tous. Et plus vous allez nourrir la fiche de votre profil, mieux on vous connaîtra en profondeur. Il semble que ce viol consenti de la personnalité par Big Brother ne gêne pas la génération Facebook d'ici ou d'ailleurs.
Vous êtes également suivi par Équifax pour la saisie de votre dossier financier. Quand vous demandez votre première carte de crédit, on accumule toutes les données sur vos affaires personnelles. Êtes-vous fidèle dans le paiement de vos comptes? Avez-vous fait tel ou tel prêt bancaire? Payez-vous régulièrement vos remises mensuelles? Combien de fois, comme à la confession jadis, vous êtes-vous fait pincer à piquer un peigne chez Jean Coutu? Tout est consigné sur votre honnêteté. 
Si vous appartenez à une firme d'ingénieurs et que vous avez fraudé l'État de millions de dollars pour financer le Parti libéral, rien n'apparaît dans les rapports. Mais si vous êtes camionneur et que vous avez chargé un troupeau de cochons trop serrés dans la remorque pour l'abattoir, que vous avez été condamné à une amende salée et à une semaine de prison, tout cela est bien marqué pour renseigner le système et dire que vous avez un côté retors.
À Ottawa, au pays anglais, on conserve votre portrait de passeport et votre signature. Et si vous êtes un activiste nationaliste québécois, vous apparaissez sur une liste noire bien nourrie par la GRC ou les services de renseignement du SCRS. La GRC a même volé ces listes comme l'a déclaré l'agent Samson dans un célèbre procès. On tient aussi une fiche biométrique de votre pupille si vous en avez fait la demande pour passer plus rapidement aux frontières. Au ministère de la Santé du Québec, tout votre dossier médical depuis votre naissance, votre dossier pharmaceutique, ceux de vos frères et soeurs, de vos parents, de votre lignée sont disponibles. Mais, croyez-moi, les compagnies d'assurance n'ont pas accès à ces données secrètes... ni les patrons qui veulent mieux vous connaître avant de retenir vos services. Tantôt, le dossier sera complété par la génétique en plongeant dans vos racines profondes. 
Vous êtes fiché à l'école, à l'université, dans vos emplois. Vos cartes de crédit renseignent sur tout ce que vous consommez, tout est sur le rapport mensuel des cartes. Dossier financier, médical, culturel... Vous êtes fichés dans toutes vos activités. On peut suivre votre téléphone portable. Les magasins, les dépanneurs, les postes à essences sont protégés, oui, par des caméras cachées dans les murs et les plafonds. Et les grandes villes vous suivent partout dans vos promenades . Montre-moi ta liste d'épicerie ou ta bibliothèque et je te dirai qui tu es. 
J'ai eu le malheur d'acheter une lampe Tiffany chez Mayfair, un grand magasin états-unien comme Macy's, et je me suis intéressé à d'autres modèles. Chaque fois que j'ouvre mon ordinateur depuis trois mois, un papillon publicitaire ultra-racoleur de ces lampes de table Arts & Craft apparaît en marge de mon écran. De l'ultra-harcèlement!
Toutes ces données intimes et personnelles sont accessibles par l'Autorité en une fraction de seconde. Le petit catéchisme nous rappelait jadis que Dieu était infiniment bon, infiniment aimable et que le péché lui déplaisait. Il nous rappelait également que Dieu est partout, qu'il voit tout, qu'il entend tout, qu'il sait tout. 
Aujourd'hui, Dieu s'est métamorphosé en Big Brother. Bientôt, dès la naissance, on vous transplantera une puce au cerveau et tous ces systèmes et réseaux sociaux deviendront périmés. Ceux qui ont voté pour Trump attendent ce jour béni.
Michel Lessard, Lévis