Bibliothèques et musées: offrir la culture aux Québécois(e)s pour Noël

Line Lamarre
Line Lamarre
Présidente du SPGQ
POINT DE VUE / Dans les prochains jours, le gouvernement décidera s’il prolonge la fermeture des bibliothèques et des musées au-delà du 23 novembre. Quel beau cadeau ce serait d’offrir aux Québécois(e)s l’accès à ces institutions pour les Fêtes! Leur moral en a vraiment besoin.

Rien ne justifie que les bibliothèques et les musées demeurent fermés alors que le respect des mesures sanitaires comme la distanciation physique s’y effectuait beaucoup plus facilement que dans les grands commerces ouverts en ce moment. Doit-on comprendre que le gouvernement a plus à cœur d’encourager la consommation chez Walmart et Costco que de favoriser l’accès à la culture?

Favoriser la santé mentale

Des articles sont publiés presque quotidiennement sur la multiplication des problèmes de santé mentale en raison de la pandémie. Or, le milieu culturel fait partie de la solution. Certes, le personnel professionnel de ce secteur ne soigne pas de patients dans les hôpitaux. Néanmoins, l’Organisation mondiale de la santé a démontré, dans un rapport publié l’automne dernier, l’importance des arts pour la santé. Le document, qui a analysé plus de 900 publications à travers le monde, montre notamment que les arts contribuent à lutter contre la douleur, à diminuer l’anxiété et à mieux gérer le diabète.

Le gouvernement doit s’efforcer de rendre la culture accessible pour le bien de tous. Les bibliothèques et les musées ont déjà démontré qu’ils pouvaient accueillir le public de manière sécuritaire.

Indifférence de la ministre

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, doit également prévoir une aide financière pour les institutions culturelles d’État comme Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et les musées nationaux, soit le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), le Musée de la civilisation et le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC). Pour l’instant, rien n’a été fait. Au début d’octobre, la ministre avait promis une rencontre aux musées nationaux et au Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ). Or, aucun rendez-vous n’a été fixé malgré de nombreuses relances.

Des employés touchés

Pendant que la ministre néglige ces institutions publiques, des professionnel(le)s subissent des mises à pied et des coupures d’heures. À BAnQ, sept personnes ont été mises à pied et huit autres ont vu leurs heures de travail réduites. Au Musée de la civilisation, six professionnel(le)s ont été informé(e)s d’une réduction de leurs heures de travail, de plus de la moitié dans certains cas! Au MAC, l’ensemble du personnel a vu ses heures de travail réduites. Le personnel professionnel travaille, par exemple, à planifier les expositions des prochaines années. Les réductions d’heures de travail et les mises à pied risquent donc d’avoir des effets à long terme sur les opérations des institutions culturelles d’État et les services offerts à la population.

Pour les Fêtes, nous demandons au gouvernement du Québec d’offrir à la population québécoise, à nos membres et à leurs familles, un meilleur accès à la culture et une aide adéquate pour les institutions culturelles d’État.