Une ex-directrice souhaite que les écoles du futur soient construites en tenant compte de la pédagogie des enseignants.

Avant de repenser l'école, saviez-vous que...?

Lettre à Monsieur Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation
Je suis une directrice d'établissement à la retraite depuis peu, qui a oeuvré dans le réseau de l'éducation publique tant au niveau primaire et secondaire que de la formation professionnelle. J'ai aussi participé à six chantiers de construction ou de réaménagements de bâtiments scolaires.
Je tiens à vous manifester mon questionnement sur l'une de vos dernières décisions concernant la mise en place d'un comité particulier pour «repenser» les critères d'élaboration des nouvelles constructions d'écoles. Je ne veux aucunement remettre en cause le prestige social et les compétences particulières de Pierre Thibault, Pierre Lavoie et Ricardo Larrivée. Cependant, ceux-ci connaissent-ils la réalité quotidienne des intervenants scolaires? Ces trois personnes savent-elles que la sécurité des élèves en difficulté de comportement intégrés, dans les classes régulières ou dans les écoles régulières en classes spéciales, exige des intervenants de conserver un regard sur l'ensemble des élèves afin de maximiser le temps et l'efficacité d'intervention? Connaissent-elles les lois et règlements qui régissent le fonctionnement des commissions scolaires, entre autres tout l'aspect de la gestion alimentaire?
Savez-vous, Monsieur le ministre, que des écoles ont été construites depuis les années 80 et qu'elles sont encore en bon état et très stimulantes pour les enfants? Elles ont été construites en offrant plusieurs commodités non coûteuses dans les classes (lavabo, fontaine, etc.) très fenestrées avec vue sur la nature. Certaines d'entre elles possédaient des locaux polyvalents qui permettaient aux membres du personnel de réaliser des ateliers de cuisine, d'art, de méditation, de danse, etc. Ces locaux n'ont pas résisté au temps.
Saviez-vous que des essais novateurs ont été tentés ces dernières années et qu'ils n'étaient pas adaptés aux enseignants et donc ont dû être modifiés?
Budgets coupés
Et saviez-vous que les budgets d'entretien des écoles ont été coupés ces dernières années? Des visites dans plusieurs établissements vous permettraient de constater la vétusté des lieux et souvent la malpropreté. Les enseignants et les élèves sont souvent mis à contribution pour le ménage. Savez-vous que la peinture des classes est souvent considérée comme du luxe?
Connaissez-vous le budget annuel octroyé pour permettre aux enseignants d'acheter du matériel pédagogique stimulant pour leur classe? Savez-vous que plusieurs enseignants du primaire en financent personnellement? Je vous invite, Monsieur le ministre, à ne pas oublier, lorsque vous penserez à l'école du futur, à vous interroger sur l'adaptation de ces locaux à la pédagogie des enseignants et à l'ensemble des intervenants scolaires ainsi qu'au coût de l'entretien ménager, du remplacement de mobilier physique et de l'entretien des bâtiments à long terme afin d'éviter le gaspillage de fonds publics.
Savez-vous qu'il y a plusieurs parents, impliqués dans les conseils d'établissement, qui possèdent des expertises dans des domaines spécifiques, qui pourraient être aidants? Je suis assurée qu'ils se feraient un plaisir de participer à cet exercice bénévolement.
Savez-vous qu'au cours des dernières années, plusieurs délégations ont été financées pour aller chercher des expertises internationales en éducation? Ces délégations sont souvent des chercheurs en éducation, des membres de votre propre ministère ou des initiatives des commissions scolaires. Les impliquer dans le processus éviterait les coûts astronomiques investis actuellement pour les frais de voyage.
Savez-vous, Monsieur le ministre, que le manque de personnel qualifié dans les commissions scolaires pour surveiller les chantiers favorise la malfaçon? Cet élément coûte très cher aux commissions scolaires. Il faut vraiment insister pour faire respecter l'environnement lors de nouvelles constructions. Souvent, les entrepreneurs n'aiment pas laisser des arbres autour des bâtiments, car la construction devient plus complexe.
Pour conclure, je vous dirais que la réussite ne se limite pas qu'à la structure ou à la beauté d'un bâtiment. Il y a plus important encore. L'essentiel vous a été cité lors de la dernière consultation provinciale en éducation. Je souhaiterais entendre parler davantage des conclusions de cet exercice et des solutions concrètes à être implantées par votre ministère. Vous possédez tous les outils pour réaliser un réel changement à long terme, y compris l'ajout de nouvelles disponibilités budgétaires.
Monsieur le ministre, vous avez l'opportunité et le contexte pour réaliser une marque indélébile dans le réseau ainsi qu'un virage positif et à long terme. Vous devez aussi donner l'exemple d'une gestion de fonds publics cohérente et centrée directement au coeur du réseau, c'est-à-dire le plus directement possible pour le service à l'élève. C'est ce que nous attendons de nos décideurs politiques.
Céline Genest, Québec