«Nous avons besoin de personnes qui savent mesurer l’ampleur des inégalités sociales déjà présentes, bien sûr, dans notre société, mais autrement exacerbées en temps de crise. Mesurer ses inégalités, les documenter, les comprendre, les analyser sert à mettre en place des politiques sociales et économiques qui touchent réellement la vie des gens», écrit Isabelle Morin, professeure de sociologie et coordonnatrice du programme de Sciences humaines du Cégep Limoilou.
«Nous avons besoin de personnes qui savent mesurer l’ampleur des inégalités sociales déjà présentes, bien sûr, dans notre société, mais autrement exacerbées en temps de crise. Mesurer ses inégalités, les documenter, les comprendre, les analyser sert à mettre en place des politiques sociales et économiques qui touchent réellement la vie des gens», écrit Isabelle Morin, professeure de sociologie et coordonnatrice du programme de Sciences humaines du Cégep Limoilou.

À vous, finissantes et finissants de Sciences humaines

POINT DE VUE / La situation troublante et singulière que nous vivons actuellement m’amène à vous dire à quel point votre formation en sciences humaines est précieuse pour l’avenir du monde. Loin d’être des sciences molles ou vacances, vos acquis et vos connaissances sont essentiels à bien des égards.

Nous avons besoin de personnes qui savent mesurer l’ampleur des inégalités sociales déjà présentes, bien sûr, dans notre société, mais autrement exacerbées en temps de crise. Mesurer ses inégalités, les documenter, les comprendre, les analyser sert à mettre en place des politiques sociales et économiques qui touchent réellement la vie des gens.

Nous avons besoin de personnes qui savent aider, accompagner, soutenir ceux et celles touchés par les dommages directs et indirects de cette période trouble. De personnes aptes à sentir la détresse, à lui offrir des réponses, des pistes de solutions afin de l’atténuer et de la soulager.

Nous avons besoin de personnes qui savent calculer, évaluer les effets économiques non pas uniquement dans une logique comptable, mais dans une perspective d’assurer une redistribution plus juste et équitable des ressources.

Nous avons besoin de personnes qui savent lire la place que nous accordons à la souffrance, aux faiblesses, aux gens vulnérables de notre société. Quelle place accordons-nous aux personnes âgées? Aux personnes marginalisées?

Nous avons besoin de personnes qui savent dessiner un nouveau territoire tourné «vert» l’avenir mettant en place une organisation physique, spatiale, géographique optimale et du XXIe siècle!

Nous avons besoin de personnes qui nous aident à situer le présent dans l’espace-temps, de mieux saisir le passé (nos erreurs) pour mieux vivre le présent et préparer le futur.

Nous avons besoin de personnes qui savent orchestrer des services efficients aux populations avec sensibilité, rationalité et bienveillance.

Nous avons besoin de personnes qui savent faire apprendre avec passion, ouverture à la belle et grande diversité de nos jeunes et professionnalisme. Au-delà des connaissances, des compétences et des capacités, la fonction indispensable du développement et de la cristallisation du savoir-être au vivre ensemble s’avère encore plus cruciale actuellement.

Chères finissantes et chers finissants, votre sens critique, votre regard plus aiguisé sur le monde qui nous entoure, sur le monde dont vous faites partie, votre motivation à être des acteurs et actrices des changements nécessaires me touchent et je tiens à vous dire à quel point je suis fière de vous! Je souhaite de tout mon cœur que vous soyez également fières et fiers de la formation que vous avez reçue et qu’elle vous serve à vous accomplir et vous épanouir. La société n’en sera que meilleure!

Isabelle Morin est aussi coordonnatrice du programme de Sciences humaines du Cégep Limoilou.