Des milliers d'adoptés attendent que le gouvernement ouvre la valve et qu'il redonne l'identité d'origine à ses concitoyennes et concitoyens concernés.

À quand l'étude détaillée du projet de loi 113?

Les travaux parlementaires ont débuté depuis quelques semaines et rien ne semble être au programme parlementaire pour procéder à l'étude détaillée du projet de loi 113, Loi modifiant le Code civil et d'autres dispositions législatives en matière d'adoption et de communication de renseignements.
Des milliers d'adoptés attendent que le gouvernement ouvre la valve et qu'il redonne l'identité d'origine à ses concitoyennes et concitoyens concernés. Un grand pas a été fait en octobre dernier avec le dépôt du projet de loi. N'en restons pas là, latents, jusqu'à l'automne... Il faut battre le fer lorsqu'il est chaud. C'est maintenant qu'il faut agir et passer rapidement à l'étude de ce projet non controversé. Oui, d'autres projets de loi sont également en attente et très importants, mais avec des enjeux autrement controversés que celui redonnant l'identité à des milliers de Québécoises et Québécois d'origine. La Commission des institutions devrait prendre quelques jours pour étudier le tout et aller de l'avant avant la fin de cette session. Il est urgent de traiter ce dossier car la population est vieillissante, les adoptés concernés avancent en âge, sans parler des parents d'origine déjà décédés, très malades ou en fin de vie. 
Bon nombre d'adoptés finissent par se tourner vers divers types de recherches personnelles pour enfin accéder à leurs origines, notamment les tests d'ADN. Pourquoi doivent-ils faire des démarches de telle sorte lorsque la réponse est là, dans leur dossier d'adoption, au regard de l'intervenant du Centre jeunesse qui traite la demande mais qui ne peut informer son requérant? Celui-ci tourne les pages du dossier, les pages de l'origine de la vie de son usager, sans pouvoir lui révéler la vérité. Ne trouvez-vous pas que nous sommes quelque peu archaïques et dépassés?
Et je ne parle ici que du volet «adoption du passé» inclus dans le projet de loi. Je fais abstraction du volet sur les adoptions coutumières autochtones. Comment se sentent les nations autochtones devant cette lenteur? Elles qui étaient très heureuses de la reconnaissance apportée par ce projet de loi.
Allez, Québec, il est temps de faire bouger les choses très rapidement. Tout a été dit et redit, étudié et révisé; qu'attendez-vous?
Caroline Fortin, présidente et coordonnatrice provinciale, Mouvement Retrouvailles, adopté(e)s - non adopté(e)s - parent, Lévis