D'un côté comme de l'autre des ponts, les voies d'accès sont déjà insuffisantes pour le flot de véhicules, note un lecteur.

À l'est pour désengorger l'ouest

Chiffres à l'appui, Régis Labeaume vient nous confirmer que le troisième lien sera situé à l'ouest des deux premiers ponts. Il affirme que les gens qui traversent les ponts pour venir à Québec vont en majeure partie du côté ouest. Personne ne va tomber en bas de sa chaise en apprenant que la majorité des travailleurs de la Rive-Sud, qui travaillent sur la Rive-Nord, occupent des emplois près des ponts. On ne sera pas surpris d'apprendre qu'à l'inverse, peu d'entre eux partent de Lévis se taper les ponts pour venir travailler au centre-ville de Québec. Il est logique de chercher un emploi en essayant de minimiser ses déplacements.
Au risque de me faire traiter de crétin comme ceux qui ne pensent pas comme lui, je me permets de suggérer qu'un lien du côté est pourrait désengorger le secteur ouest et favoriser la mobilité de la main-d'oeuvre vers l'est. D'un côté comme de l'autre des ponts, les voies d'accès sont déjà insuffisantes pour le flot de véhicules actuel. On va faire quoi? Construire un autre pont pour se retrouver rapidement arrêté une fois traversé en raison du réseau routier qui ne fournit pas.
Si on s'appuie seulement sur les données d'aujourd'hui, on conclut qu'il manque un pont à l'ouest. Si on a un peu de vision et qu'on anticipe le potentiel de développement du côté est, tant sur la Rive-Sud que sur la Rive-Nord, on se dit qu'on devrait peut-être y réfléchir un peu avant d'écarter si rapidement cette idée.
Martin Bouchard, Québec