Ottawa/Québec aller-retour pour Jean Charest ?

POINT DE VUE / Contre toute attente, le nom de l’ex-premier ministre du Québec Jean Charest circule à titre de candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada (PPC). Quoi qu’il en soit, si Jean Charest a pu réaliser le trajet d’Ottawa à Québec en passant du Parti progressiste-conservateur du Canada (PPCC) au Parti libéral du Québec (PLQ), il lui sera probablement tout aussi aisé d’accomplir le même trajet à l’inverse.

Or, le Québécois Jean Charest réussirait-il à reconquérir le cœur des Québécois à la tête du Parti conservateur qui n’a pu faire élire que dix députés au Québec lors du dernier scrutin fédéral ? Sur un autre plan, les Québécois ont-ils oublié les scandales de corruption et de collusion dans l’industrie de la construction entourant la garde rapprochée de Jean Charest révélés par la Commission Charbonneau qui visait le parti au pouvoir, à savoir le PLQ de Jean Charest? Enfin, que révèlera le projet Mâchurer de l’UPAC toujours en cours sur des allégations de financement illégal de la part du PLQ pendant les années où Jean Charest était premier ministre d’un gouvernement libéral ?

Selon des rumeurs qui semblent fondées, l’ex-chef du PPCC aurait reçu plusieurs invitations d’élus actuels du caucus conservateur, d’ex-élus et de militants à se lancer dans la course au leadership du PCC, lesquelles sollicitations auraient «fortement ébranlé» M. Charest, qui n’avait pas envisagé faire un retour en politique avec les conservateurs. Toutefois, Jean Charest est une «bête politique» qui a sans doute encore plusieurs défis personnels à relever, et il n’a que 61 ans… Conséquemment, je ne serais pas du tout surpris qu’il fasse le grand saut dans l’arène politique fédérale !