«La nature de la clientèle et la convergence quotidienne de milliers de travailleurs et d’usagers justifient pleinement les possibles difficultés additionnelles d’inclure le nouveau complexe hospitalier sur le trajet du futur tramway», indiquent les signataires.

Nouveau complexe hospitalier et tramway: deux projets indissociables

POINT DE VUE / La ville de Québec est sur le point de vivre un moment historique en matière de soins de santé. Ceux qui circulent sur le boulevard Henri-Bourassa peuvent apercevoir les avancées de ce projet ambitieux qu’est celui du nouveau complexe hospitalier (NCH), le futur «méga-hôpital» de Québec. Une fois ce projet réalisé, la ville de Québec n’aura rien à envier aux autres villes canadiennes.

De nombreux professionnels travailleront dans le NCH, en plus des étudiants qu’ils contribueront à former. On assistera à une convergence de plus en plus importante de milliers d’individus au service de dizaines de milliers de patients. À terme, la ville de Québec héritera d’un campus médical, d’un pôle d’innovation, et d’un pavillon d’enseignement de haut niveau à l’échelle internationale.

Une gestion futuriste des transports collectifs est primordiale dans l’élaboration des villes modernes. Lorsqu’on construit un réseau de transport collectif, c’est dans le but de desservir la population pendant des décennies. Ce projet de transport structurant est une infrastructure nouvelle et majeure, dont l’impact et les coûts seront à la hauteur de ceux du futur NCH. Toutefois, ce qui manque cruellement au projet de tramway, c’est la convergence avec le projet du NCH.

Dans un article publié dans le journal Le Soleil le 11 septembre dernier, le journaliste Baptiste Ricard-Châtelain a questionné les représentants de la Ville au sujet du trajet du tramway. Il demandait si le trajet pouvait desservir directement le NCH en passant sur le boulevard Henri-Bourassa au lieu du trajet actuel proposé sur la 1re Avenue. La réponse a été catégorique : «C’est non. Le réseau est un ensemble de composantes où une analyse détaillée, raffinée à plusieurs reprises, a permis de définir le choix le plus optimal pour chaque tracé et secteur desservi, ainsi que le mode utilisé».

Bien respectueusement, il nous apparaît essentiel que la Ville présente les arguments qui ont mené à une telle conclusion. Étant donné l’ampleur du projet, il est primordial que les citoyens de la ville de Québec soient aussi convaincus que le trajet proposé est la meilleure solution.

Plusieurs citoyens et organismes ont fait des représentations pour modifier le trajet proposé et nous comprenons que la Ville ne puisse satisfaire tout le monde. Le plus célèbre dossier est celui de l’édifice de Revenu Québec sur la rue de Marly. Même si l’idée de desservir les 3000 personnes qui y travaillent pouvait sembler intéressante, la Ville a présenté des arguments solides en indiquant que le tramway desservirait cette clientèle seulement deux fois par jour et que cela ne justifiait pas les coûts supplémentaires. 

Bien humblement, nous croyons qu’il en est autrement pour le NCH. Quelque 6500 personnes y travailleront sur un horaire étalé sur 24 heures. Mais surtout, des dizaines de milliers de patients et accompagnateurs vont y transiter chaque année. Par exemple, seulement en oncologie, qui est une spécialité principalement ambulatoire, on estime une affluence de plus de 60 000 visites par an. On peut croire qu’il y en aura tout autant dans les autres services comme la radiologie, la néphrologie et la neurologie, pour ne nommer que ceux-là. Plusieurs patients et accompagnants pourront utiliser le transport structurant si, et seulement si, ce dernier est efficace et convivial.

On nous assure que le NCH sera bien desservi et aura sa station de trambus. Il s’agit probablement de la station Canardière qui se situera à environ 1 km de l’entrée du NCH. La réalité est que le NCH ne sera desservi que par les métrobus. Un ou plusieurs transferts avec le réseau de transport structurant seront nécessaires pour s’y rendre, ce qui en découragera plusieurs.

Nous comprenons que le projet de tramway est extrêmement complexe étant donné qu’il doit être fait dans une ville de Québec qui présente de nombreux défis topographiques. Le NCH sera un centre hospitalier majeur au service de l’ensemble des citoyens de la ville de Québec et de l’est du Québec. La nature de la clientèle et la convergence quotidienne de milliers de travailleurs et d’usagers justifient pleinement les possibles difficultés additionnelles d’inclure le NCH sur le trajet du futur tramway. Ces deux projets sont intimement liés et indissociables.

*Signataires :

Robert Delage, Hématologue

Jean Rodrigue, Radiologue

Nicolas Dupré, Neurologue

CHU de Québec-Université Laval