Louis Roy, président d’OPTEL, dit avoir construit son entreprise dans l'unique but de trouver des solutions à des problèmes réels et concrets plutôt que d’en créer.

Notre espèce est menacée... par elle-même

Le récent rapport de l’IPBES, un regroupement de 550 scientifiques sous l’égide de l’ONU, publié vendredi dernier, lance un cri d’alarme : notre espèce est menacée de toutes parts et la planète est dans un état critique. La biodiversité, soit la base de notre nourriture, de notre eau et de notre air, est en danger. Nous sommes en train de vivre notre propre extinction. À qui la faute?

Bien sûr, nous pouvons tous dire que c’est la faute du voisin, c’est facile et réconfortant. Mais croyez-vous réellement que nous ne sommes pas tous, autant que nous sommes, responsables de la situation?

En tant que chef d’entreprise et père de famille, je dois faire partie de la solution, j’en suis responsable. Je me dois d’utiliser mon entreprise pour rendre le monde meilleur et amener mes employés à jouer un rôle positif dans leur communauté. J’ai bâti mon entreprise dans cet unique but, soit de trouver des solutions à des problèmes réels et concrets plutôt que d’en créer. Aujourd’hui, OPTEL est le chef de file mondial dans la traçabilité des biens et ressources (aliments, médicaments, matières premières, etc.) et travaille à l’éradication des produits contrefaits et à la création de chaînes d’approvisionnement intelligentes, entre autres dans le cadre de l’Initiative des supergrappes d’innovation (SCALE.AI). Ultimement, la traçabilité globale permettra de suivre et retracer les matières premières, de maximiser les ressources disponibles, de réduire les pertes et de réutiliser les matériaux.

Implanter des technologies innovantes permettant d’assurer un commerce équitable et sécuritaire, c’est la solution que j’ai trouvée, mais je ne peux à moi seul sauver le monde. Il faut que, chaque jour, toutes les entreprises prennent des décisions dans l’intérêt de la collectivité et de l’environnement. Le rôle des entreprises et des citoyens dans la société est d’une importance capitale, car nous sommes tous des acteurs de changement.

Il faut agir maintenant, un rapport comme celui de l’IPBES nous le démontre bien.

Plus que jamais, la collaboration et les actions concrètes sont de mise. Je crois qu’il est grand temps que les entreprises, peu importe leur industrie, leur mission ou leur envergure, réalisent toute l’influence qu’elles, leurs produits et leurs services peuvent avoir sur ce qui nous est cher : l’environnement, les ressources naturelles, la biodiversité et la qualité de vie des générations futures. Sinon, il n’y en aura aucune, des générations futures. On ne peut pas avoir tout pris et ne rien laisser derrière nous!

Pensez-y : qu’est-ce que votre entreprise, votre famille ou vous-même pouvez faire pour changer les choses? Laquelle de vos spécialités, connaissances ou expertises pourriez-vous utiliser? Nous devons trouver nos propres solutions pour sauver l’humanité, car la perte de biodiversité n’épargnera aucune région du monde.

Oui, les entreprises peuvent en partie être tenues responsables de la dégradation de la planète du fait de certaines décisions d’affaires, que ce soit au moment de la conception d’un produit, de son transport, ou de la mise en marché, mais les citoyens le sont tout autant. Nous nous devons tous de faire des choix responsables, comme exiger des produits plus durables, freiner notre consommation excessive, réduire notre empreinte écologique, pour ultimement inciter la planète entière à modifier ses pratiques. Le simple fait d’être plus engagés et responsables dans nos choix corporatifs et individuels pourra diminuer la destruction des écosystèmes qui accélère notre propre extinction.

Et vous, serez-vous la cause des problèmes actuels et futurs ou les initiateurs de solutions qui créeront le changement?

Louis Roy, président du groupe OPTEL, Montréal