La halte routière de Villeroy

Nos bécosses routières

Vu les enjeux nationaux et mondiaux qui nous interpellent, il peut sembler anodin ou futile de s’intéresser aux haltes routières. Mais je suis certain que beaucoup de Québécois et d’étrangers qui empruntent l’autoroute Jean-Lesage partagent mon opinion.

Je trouve que la vétusté de la majorité des haltes routières le long de l’autoroute 20 représente une véritable honte nationale pour le Québec. 

Encore la semaine dernière (le 13 juillet 2018... et non 1958!) j’ai vécu une expérience unique: on n’offrait même pas d’eau potable dans une de ces «bécosses» routières. On avait par ailleurs retiré la moitié des tables de pique-nique de cette halte, sans doute celle de Villeroy. 

Quelle image projetons-nous auprès des touristes étrangers, quel service rendons-nous aux automobilistes et camionneurs québécois... surtout lorsqu’on connaît ce qui se fait ailleurs dans d’autres provinces ou dans le monde? 

J’inviterais par exemple les responsables du ministère des Transports à emprunter l’autoroute 401 qui nous relie à Toronto et à s’inspirer des remarquables haltes de services autoroutières ONroute aménagées par l’Ontario. Nous n’avons peut-être pas besoin d’investir autant que nos voisins dans ces installations, mais nous pouvons certainement faire quelque chose de bien à la hauteur de nos moyens et de notre amour propre.

Louis-Paul Lazure, Boucherville