Neutralité à outrance

En vertu du principe de la neutralité envers l’interlocuteur, les employés de Service Canada doivent désormais vérifier comment ce dernier souhaite qu’on s’adresse à lui avant d’utiliser «madame» ou «monsieur». De plus, les concepts de «père» et «mère» disparaîtront des documents officiels pour être substitués par le mot «parents». La raison évoquée? Les termes «père» et «mère» peuvent parfois comporter des problématiques pour les familles homosexuelles ou les familles dont l’un des parents va subir une transformation.

Une neutralité à outrance qui érige en principe les cas exceptionnels au détriment de la très grande majorité des couples constitués d’un père et d’une mère. En bref, l’exception devient la règle. Dorénavant, l’enfant n’aura plus de père ni de mère, il aura des «parents», et tant pis pour la distinction.

Au moment où le gouvernement Trudeau subit une baisse substantielle en termes de satisfaction des Canadiens dans le dernier sondage, Service Canada ne trouve rien de mieux à faire que de divaguer dans une guéguerre de mots qui n’aboutira à rien d’autre qu’à l’accouchement d’un «œuf de mouche»!

Henri Marineau
Québec

***

MONSIEUR, MADAME OU...?

Quelle idée farfelue que cette directive aux employés de Service Canada à l’effet que les appellations monsieur ou encore madame de même que père et mère ne devraient plus être utilisées auprès du public. Je crois que la communauté Trans ou dite non binaire ne demande pas de changements si drastiques dans la société, mais simplement et avec raison qu’on les respecte dans leur identité de genre.

Les médias nous apprenaient également que la Fédération des femmes du Québec était pour sa part favorable à ces nouvelles directives, plus conformes selon elle à l’image de la société actuelle. Je suggère donc à cet organisme de prêcher par l’exemple en s’identifiant désormais comme «La fédération des personnes du Québec s’identifiant comme étant de sexe féminin...» Ouf!

Jacques Nicole
Québec