Merci Philippe Couillard

J’aimerais, par ces quelques mots, rendre hommage à celui qui, pendant quatre ans, aura mené le Québec à de nombreux sommets inégalés.

Ses réalisations furent nombreuses. Pour n’en énumérer que quelques-unes, alors que plusieurs politiciens avaient promis, sans agir, de remettre de l’ordre dans les finances publiques, il fut celui qui a eu la détermination de passer à l’action.

Il y a quatre ans, c’était: «Où couper?». Maintenant, c’est: «Où investir?»

Son courage lui aura coûté cher politiquement. Mais notre jeunesse, ainsi que les générations futures, pourront lui dire un gros merci d’avoir jeté la carte de crédit du gouvernement. Avant lui, les employés cherchaient des employeurs. Quatre ans plus tard, les employeurs cherchent des employés…

Malgré la croyance, Philippe Couillard nous laisse un Québec dans lequel il n’y a jamais eu autant de francophones. De même, les proportions d’anglophones, allophones et autochtones parlant français atteignent des records.

Monsieur Couillard, je vous souhaite de concrétiser de nombreux beaux projets en compagnie de votre gentille Suzanne. Ce fut un immense privilège d’être l’employé d’un Premier ministre d’aussi haut calibre.

Bruno Pelletier
Québec