L'auteure de cette lettre d'opinion dit un merci à tous les travailleurs d’Hydro-Québec après la récente tempête automnale.

Merci à tous les travailleurs d’Hydro-Québec!

POINT DE VUE / Au terme de la récente et de la pire tempête que le Québec a connue depuis la crise du verglas en 1998, l’heure est maintenant au bilan et à la reconnaissance.

Une rétrospective somme toute positive si l’on en juge par la rapidité d’intervention des équipes de travailleurs d’Hydro-Québec et du renfort d’autres provinces venues prêter main-forte. Près d’un million de pannes d’électricité ont été dénombrées au plus fort de la tempête dans toutes les régions de la province, selon Éric Martel, pdg d’Hydro-Québec. Donnant d’abord la priorité d’intervention aux endroits névralgiques tels que les hôpitaux et les centres d’hébergement, plus de 1000 travailleurs d’Hydro-Québec, à pied d’œuvre sur le terrain, se sont donnés à fond 24 heures sur 24, pour réparer les dégâts causés par les forts vents et la pluie (arbres tombés, poteaux arrachés, édifices endommagés, routes fermées, etc.), le tout orchestré par autant d’intervenants chargés d’en gérer la logistique.

Déjà, le 2 novembre, Hydro-Québec annonçait qu’à l’exception de quelques secteurs plus problématiques nécessitant entre autres la reconstruction de réseaux, la grande majorité des centaines de milliers d’abonnés auront retrouvé l’électricité. Un besoin essentiel s’il en est, car la perte d’électricité nous fait remarquer que nos besoins vitaux les plus élémentaires ne sont plus satisfaits.

«La reconnaissance silencieuse ne sert à personne», dixit le proverbe.

Alors merci à tout le personnel de terrain d’Hydro-Québec, et particulièrement à vous les monteurs de lignes qui travaillez pour nous, souvent en temps supplémentaire, et parfois à vos risques et péril.