L’immigration francophone est une contribution absolument essentielle à la vitalité des communautés francophones et acadiennes ainsi qu’à la diversité culturelle et linguistique du Canada, écrit le ministre Jean-Marc Fournier.

L’immigration francophone, un avantage pour tous les Canadiens

L’immigration francophone est évidemment une contribution absolument essentielle à la vitalité des communautés francophones et acadiennes ainsi qu’à la diversité culturelle et linguistique du Canada.

Elle est aussi, et surtout, à l’avantage de tous les Canadiens, et pas seulement des Francophones.

Le Canada, avec ses deux langues officielles, possède un avantage comparatif que peu de pays ont la chance d’avoir. La francophonie canadienne offre une fenêtre sur le monde francophone à l’ensemble des Canadiens. L’immigration francophone n’est donc pas la réponse à la demande d’un groupe particulier de citoyens, c’est une contribution concrète à la prospérité et à l’avenir de tous les Canadiens.

Nous sommes 10,5 millions de Francophones et de francophiles au Canada. Dans le monde, nous sommes 275 millions. En raison du développement fulgurant de l’Afrique, nous devrions être 700 millions en 2050.

Le français est, avec l’anglais, la seule langue parlée sur les cinq continents et, après l’anglais, la langue vivante étrangère la plus enseignée dans le monde. Le français n’est pas une langue dépassée. C’est une langue d’avenir. Le français est un cadeau offert au Canada par les 10,5 millions de Canadiens qui le parlent.

Réussir l’immigration francophone, c’est décider d’ouvrir toute grande cette fenêtre que nous avons sur le monde francophone. Et nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir le faire. Notre progrès économique, social, culturel et diplomatique est à ce prix.

En 2016, les premiers ministres des provinces et territoires ont pour la première fois abordé le sujet en Conseil de la fédération et ils ont fixé une cible de 5 % d’immigration francophone à l’extérieur du Québec.

En 2017, pour la première fois en 150 ans, des ministres canadiens de l’Immigration et de la Francophonie se réunissaient dans le cadre d’un forum sur le sujet. Puis, le 2 mars dernier, les membres de ce forum conjoint se sont réunis pour une deuxième fois. À cette occasion, un plan d’action a été adopté, et le gouvernement fédéral a annoncé sa volonté de lancer de nouvelles initiatives pour en soutenir la réalisation.

Le 22 mars prochain, des groupes du milieu communautaire en immigration francophone et des représentants de toutes les administrations gouvernementales canadiennes seront à Calgary pour le Symposium sur l’immigration francophone. Ce sera l’occasion de discuter des modalités de la collaboration essentielle à la mise en œuvre de ce plan d’action.

Il est évident que les communautés francophones et leurs institutions sont au cœur de la réussite de l’intégration et de la rétention de cette immigration, apport démographique essentiel à la francophonie canadienne.

Les ministres canadiens directement concernés, soit la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne et le Forum des ministres responsables de l’immigration, ont manifesté leur intention de suivre de très près les conclusions de ce symposium. Nous savons tous combien cela est important pour tous les Canadiens, peu importe la langue qu’ils parlent.

Un peu partout sur la planète, les peuples se donnent des objectifs afin de pouvoir parler plus d’une langue. Le président français Emmanuel Macron affirmait l’automne dernier que, d’ici 2024, tous les finissants universitaires devraient parler plus d’une langue européenne. Par ailleurs, 85 % des Européens sont d’accord que tous les citoyens des États membres de l’Union européenne devraient être capables de parler au moins une langue étrangère.

Avec l’importance accrue des migrations, nous savions déjà que le présent siècle serait plurinational. Il sera aussi plurilingue. Le Canada sera-t-il derrière les autres pays ou prendra-t-il place devant eux?

Lui qui a déjà l’avantage de s’être donné deux langues officielles, saura-t-il en saisir tous les fruits?

Jean-Marc Fournier, Ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et leader parlementaire du gouvernement