L’homo automobilus, l’Évolution et la courtoisie

Pourquoi les piétons de Québec attendent que le signal s’affiche depuis quelques secondes avant de traverser? À cause de la sélection naturelle. Oui, ils sont les descendants de piétons qui se méfiaient de l’homo automobilus. Les autres ont fini sous les roues des véhicules qui passent sur la «jaune-orange» et ont été exterminés.

J’ironise, et en tant qu’automobilus à temps partiel, je sais qu’une proportion de piétons traverse n’importe où sans se soucier de la circulation. Mais dans la capitale, cette proportion ne saurait rivaliser avec celle des automobilus qui conduisent de manière dangereuse et/ou agressante! 

À une intersection, pour un qui laisse le piéton passer, il y en a 5 qui le coupent et 5 autres qui lui font signe de passer pour aussitôt lui pousser dans le dos en lui roulant presque sur les talons. À Granby, à Victo, un marcheur qui s’immobilise sur son trottoir voit les véhicules s’immobiliser aussi pour le laisser traverser, même s’il n’est pas à une intersection. 

L’automobilus de Québec, lui, est persuadé que la notion de priorité ne s’applique pas au marcheur puisque tout piéton prend une marche de santé, qu’il n’a rien de mieux à faire que de regarder les voitures passer, peu importe la météo. Il ne peut concevoir qu’un piéton utilise ses jambes comme moyen de déplacement, qu’il se rende au boulot, à l’épicerie ou à la garderie, qu’il soit pressé!

Ce midi, un automobilus arrêté à un feu rouge est reparti comme je passais. Saisi, je l’ai fixé des yeux en traversant devant son capot.  Il a baissé sa vitre: «Pourquoi tu me regardes de même?» Je réponds «Parce que t’as failli m’écraser, c’t’affaire!» « Moi, j’avais rien qu’un stop à faire!», me balance-t-il en pointant le feu de circulation rouge. 

La bêtise de son argument m’a laissé bouche bée. Je le regrette. J’aurais dû lui répliquer: «Un stop, c’est un stop. Là, t’étais sur une lumière rouge pis moi sur une verte! Tu peux tourner sur une rouge si et seulement si la voie est libre, si aucun véhicule ou piéton s’apprête à passer! Prends un cours de conduite avant d’écraser quelqu’un!»

C’est surtout d’un cours de civisme dont auraient besoin les homo automobilus de cette chère capitale. À la place, ils se sont donnés un parti politique municipal qui fait passer Régis Labeaume pour un intellectuel de gauche. C’est aussi ça, le mystère Québec.

Michel Giguère

Québec