Le chef de l'opposition officielle du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant

Lettre de Brian Gallant à Doug Ford

OPINION / L’un des rôles essentiels d’un gouvernement est d’assurer la protection des droits de tous les citoyennes et citoyens et de promouvoir, au bénéfice de tous, les avantages qui en découlent. Je suis persuadé que vous partagez cette conviction. C’est pourquoi je tiens à vous faire part de ma vive préoccupation face à votre récente décision d’abolir le Commissariat aux services en français de l’Ontario et d’annuler le projet d’université francophone.

L’un des rôles essentiels d’un gouvernement est d’assurer la protection des droits de tous les citoyennes et citoyens et de promouvoir, au bénéfice de tous, les avantages qui en découlent. Je suis persuadé que vous partagez cette conviction. C’est pourquoi je tiens à vous faire part de ma vive préoccupation face à votre récente décision d’abolir le Commissariat aux services en français de l’Ontario et d’annuler le projet d’université francophone.

Que ce soit au sein de votre province, chez nous au Nouveau-Brunswick ou ailleurs au pays, de nombreux représentant(e)s de la société civile craignent que cette décision ne produise des effets néfastes, non seulement en Ontario, mais également dans l’ensemble du pays. Je partage cet avis.

La dissolution du Commissariat risque d’avoir un impact négatif sur l’application de la Loi sur les services en français qui garantit les droits linguistiques de plus de 620 000 Franco-Ontariens. L’annulation du projet d’université francophone priverait les Franco-Ontariens d’une institution vitale à la transmission de langue française et, dès lors, au dynamisme économique, scientifique et culturel d’une part importante de la population francophone du Canada.

Mon inquiétude est d’autant plus grande que cette décision s’ajoute à celle, annoncée en juin, de supprimer le ministère ontarien des Affaires francophones. Prises dans leur ensemble, ces mesures pourraient compromettre non seulement les progrès réalisés au cours des dernières décennies en matière de droits et libertés, mais également la vitalité des communautés dont nous avons la charge et la confiance nécessaire à la cohésion sociale au sein de notre pays.

Je puis vous assurer, pour avoir eu le privilège de diriger la seule province officiellement bilingue du Canada, que si la promotion des droits linguistiques a un coût, elle a aussi, sur le plan économique, de nombreux avantages qui sont bien plus importants. Au Nouveau-Brunswick, le bilinguisme est une importante source de création d’emploi. Que ce soit au sein de l’industrie des centres de services d’affaires, du tourisme, de la culture ou du recrutement d’étudiant(e)s universitaires, le bilinguisme est un des moteurs de notre économie.

Notre main-d’œuvre bilingue attire plusieurs grandes entreprises. À titre d’exemple, l’industrie des centres de services d’affaires génère annuellement 1,4 milliard $ en revenus d’exportation pour notre province. Cette activité économique profite d’ailleurs plus aux personnes unilingues anglophones qu’aux personnes bilingues puisque que pour chaque emploi bilingue, cette industrie crée deux emplois unilingues anglais.

Au Nouveau-Brunswick, le dynamisme de la communauté de langue française nous vaut d’être membre à part entière de l’Organisation internationale de la Francophonie. Nous avons accueilli tour à tour le Sommet de la Francophonie, l’Association parlementaire de la Francophonie, les Jeux de la Francophonie canadienne et nous accueillerons, en 2021, les Jeux de la Francophonie internationale. Du point de vue diplomatique, économique, social et culturel, l’OIF est une tribune extrêmement importante pour le Nouveau-Brunswick, un moyen privilégié pour notre province de se faire connaître sur la scène internationale, de défendre ses intérêts et de développer des partenariats avec des pays étrangers afin de stimuler l’économie et le marché du travail. Dans le contexte actuel de mondialisation, c’est un puissant levier d’affirmation et de développement.

Or, cet état de fait et les avantages qui en découlent ne sont pas toujours compris par l’ensemble de la population. C’est le cas au Nouveau-Brunswick, c’est aussi le cas à travers le pays.

Malheureusement, dans notre province, notre pays, comme à travers le monde occidental, plusieurs personnes ont développé une méfiance envers la politique. Cela fragilise notre démocratie, notre contrat social et nos institutions, c’est-à-dire tout ce qui protège nos droits et nos libertés. La politique, à travers le monde, est de plus en plus polarisée et de plus en plus alimentée par la peur et la division. La société dans laquelle nous vivons se trouve privée de toute discussion fondée sur des valeurs communes et de consensus sur les faits à partir duquel élaborer des politiques ou éclairer des débats constructifs. Plus que jamais, nous vivons dans des chambres d’écho où nous nous contentons de renforcer notre propre point de vue.

Dans ce contexte, il est plus que jamais nécessaire de prendre les décisions qui protégeront ce que la génération avant nous a construit et qui permettront de construire le pays dans laquelle vivra la prochaine génération. Ce qui unit les Canadiennes et Canadiens est plus vaste que ce qui les divise, il nous appartient de le faire comprendre, de garantir les droits des citoyennes et citoyens, et de tout mettre en œuvre pour que chacun puisse en tirer les bénéfices.

L'auteur du texte est Brian Gallant, chef de l'opposition officielle du Nouveau-Brunswick.