Sophie Leclerc et son amoureux, Vincent
Sophie Leclerc et son amoureux, Vincent

Les vampires ne sont pas juste dans la saga Twilight

Magalie Lavoie
Magalie Lavoie
Québec
POINT DE VUE / Après lecture de la chronique empreinte de grande sensibilité et d’humanisme de Mylène Moisan «Sophie veut juste vivre», je pensais qu’il faudrait une fois pour toutes révéler les noms et visages des grands actionnaires qui se cachent derrière les grandes pharmaceutiques qui vampirisent l’industrie du médicament, qui redorent leur image à coup de philanthropie, mais qui vendent certains de leurs produits avec des marges de profit indécentes, réduisant l’accès à des traitements efficaces et faisant ainsi preuve d’une hypocrisie commerciale et d’une cruauté sans limites.

Une enquête journalistique qui pourrait s’avérer d’un grand intérêt. Les grandes pharmaceutiques sont actuellement sans identité, sans visage, des vampires qui pompent les dollars des personnes en détresse en toute impunité.