«Loin de sécuriser les parents inquiets qui craignent pour la santé de leurs enfants, les manifestants scandaient des slogans pour déconseiller le port du couvre-visage pour les élèves. Ces derniers dénonçaient les positions de la santé publique et les politiques gouvernementales qui, selon eux, endoctrineraient les jeunes en les privant de leur liberté sous prétexte d’une crise sanitaire largement amplifiée», écrit Marcel Perron de Neuville.
«Loin de sécuriser les parents inquiets qui craignent pour la santé de leurs enfants, les manifestants scandaient des slogans pour déconseiller le port du couvre-visage pour les élèves. Ces derniers dénonçaient les positions de la santé publique et les politiques gouvernementales qui, selon eux, endoctrineraient les jeunes en les privant de leur liberté sous prétexte d’une crise sanitaire largement amplifiée», écrit Marcel Perron de Neuville.

Les sans-masques s’invitent à l’école

Marcel Perron
Marcel Perron
Neuville
POINT DE VUE / Profitant de l’insécurité de certains parents face à la rentrée scolaire, les tenants du non-port du masque ont saisi l’occasion qui leur était offerte pour promouvoir leur idéologie libertaire lors de manifestations qui ont eu lieu à Saguenay et dans la ville de Québec.

Loin de sécuriser les parents inquiets qui craignent pour la santé de leurs enfants, les manifestants scandaient des slogans pour déconseiller le port du couvre-visage pour les élèves. Ces derniers dénonçaient les positions de la santé publique et les politiques gouvernementales qui, selon eux, endoctrineraient les jeunes en les privant de leur liberté sous prétexte d’une crise sanitaire largement amplifiée.

La question fondamentale est la suivante: «Qui endoctrine qui, et surtout, quels sont les effets néfastes pour la suite des choses?» En banalisant le port du masque, ces endoctrinés complotistes se font les porte-parole d’une tendance nihiliste pour qui la pandémie constitue un large complot afin de contrôler une population déstabilisée.

Au lieu de combattre ce danger qu’il dénonce, leurs comportements libertaires ne viennent-ils pas accentuer la propagation du virus et ainsi renforcer l’ennemi étatique qui, selon eux, profite de la situation pour manipuler les esprits? Cette contradiction met en lumière la faiblesse argumentaire de ces personnes, pour qui le moi trône sur tous les autres, en plaçant faussement le mot liberté au-dessus de toute autre considération comme la santé de nos enfants et celle de l’ensemble de la population.

À force de se regarder le nombril, ces gens n’en viennent-ils pas à oublier que l’être humain a aussi un cerveau et surtout un cœur, et que le bien commun d’une communauté devrait l’emporter sur toute initiative individualiste visant à s’y dérober?