Le ministre Blanchette nous fait connaître son mépris pour ceux et celles qui n’ont pas les moyens de se rendre pêcher dans les grandes pourvoiries de luxe du Nord du Québec, dont la clientèle n’est pas celle de Walmart, estime l'ex-ministre de la Chasse et de la Pêche Lucien Lessard.

Les pêcheurs Walmart

Notre ministre des Forêts de la Faune et des Parcs ne nous a pas épatés jusqu’ici pour ses interventions en faveur des chasseurs et des pêcheurs du Québec. À peine est-il connu des adeptes de ces milliers de personnes qui chaque année paient leur permis de chasse et de pêche.

Mais voilà qu’il nous fait connaître son mépris pour ceux et celles qui n’ont pas les moyens de se rendre pêcher dans les grandes pourvoiries de luxe du Nord du Québec, dont la clientèle n’est pas celle de Walmart.

Monsieur Luc Blanchette était bien jeune dans les années 1970, lorsque les «pêcheurs Walmart» se sont levés pour réclamer l’accessibilité à leur territoire de chasse et de pêche. Notre ministre sait-il qu’en 1970, 87 % du territoire de chasse et de pêche était contrôlé par 30 000 personnes et qu’il était impossible aux Québécois et Québécoises d’avoir accès à une rivière à saumon pour y pêcher? Comme ministre de la faune, il devrait au moins connaître les batailles qu’ont dû livrer les «pêcheurs Walmart» pour enfin être capables de taquiner le saumon à leur tour après plus de cent ans au cours desquels ils n’avaient été que des braconniers sur leur territoire.

C’est en souvenir de ces batailles que ne semble pas connaître Monsieur Blanchette que les «pêcheurs Walmart» n’accepteront pas qu’on retourne aux clubs privés d’autrefois et réserver l’accessibilité de notre territoire halieutique et cynégétique aux seuls «Rockefellers» américains ou canadiens, et privant les générations futures des plaisirs de la pêche au saumon.

J’espère que les «pêcheurs Walmart» feront connaître leur opposition en octobre prochain à ce retour en douce aux clubs privés que nous promet le Parti libéral et que la circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, dont la population est reconnue comme des adeptes de la chasse et de la pêche, se souviendront du mépris et de l’arrogance que nous a démontrés ce ministre dans sa seule intervention d’importance depuis sa nomination comme ministre.

Lucien Lessard, ex-ministre de la Chasse et de la Pêche et responsable de l’abolition des Clubs privés de pêche aux saumons du Québec 1979-80