Le Soleil
«L’Administration portuaire de Québec devrait militer pour que le fédéral l’aide à réparer ses infrastructures décrépites au lieu de préparer une fuite en avant comme Laurentia, forcer ses locataires à transborder les matières en vrac sous couvert, et favoriser les activités de transbordements de bateau à bateau. Voilà qui serait du développement durable», écrit Jean Lacoursière de Québec.
«L’Administration portuaire de Québec devrait militer pour que le fédéral l’aide à réparer ses infrastructures décrépites au lieu de préparer une fuite en avant comme Laurentia, forcer ses locataires à transborder les matières en vrac sous couvert, et favoriser les activités de transbordements de bateau à bateau. Voilà qui serait du développement durable», écrit Jean Lacoursière de Québec.

Les conteneurs de rêves

Jean Lacoursière
Jean Lacoursière
Québec
POINT DE VUE / En voyant les lèvres du maire de Québec Régis Labeaume bouger quand il parle du projet Laurentia, on a l’étrange impression d’entendre la voix du pdg de l’Administration portuaire de Québec (APQ). Jusqu’à ce que notre premier représentant municipal dise vouloir ceci: «Laurentia nous permettrait de concentrer les activités de transbordement dans l’industrie des conteneurs, permettant d’aligner l’utilité d’un port en harmonie avec nos objectifs de développement durable.»