Les ciné-parcs? Sympas, mais contre-productifs

POINT DE VUE / Quand j’ai entendu l’annonce que des ciné-parcs seraient ouverts cet été, j’ai d’abord trouvé la nouvelle sympathique. Ça sera une sortie rétro, amusante et nostalgique.

Mais voilà... la nostalgie d’une époque pas assez rétro pour être devenue un rêve nous ramène à une époque où l’insouciance vis-à-vis notre environnement était la norme, et pour laquelle nous payons aujourd’hui le prix. C’est le cauchemar qui nous guette.

J’ai commencé à penser à ce que cette activité familiale avait en réalité d’inconscient, et même de carrément contre-productif.

Imaginez ces milliers de voitures, parquées de 2 mètres en 2 mètres, fonctionnant à pleins gaz pour nous garder au frais et à l’abri des moustiques. Formidable! Fournira-t-on aux vendeurs ambulants (car j’imagine qu’il y en aura) des masques... à gaz?

Pourquoi pas des projections de films sur écrans géants dans les parcs de quartiers, dans le Vieux-Port, sur le mont Royal, sur les plaines d’Abraham? Les banlieues et petites municipalités ont elles aussi des parcs, des arénas, des stades.

Si j’étais une élue municipale, me semble que je serais un peu gênée de me péter les bretelles à longueur d’année avec mes belles mesures écologiques, et ensuite de faire à la population, pour la consoler de la COVID, un cadeau empoisonné sorti tout droit de la belle époque dorée de la domination du char!

On peut faire mieux. Individuellement. Collectivement. S’il est trop tard pour faire machine arrière, je fais un appel à tous : je vous suggère de ne pas aller au ciné-parc, de le déconseiller à vos connaissances et de l’expliquer à vos enfants, qui sont après tout les principaux intéressés.

Sollicitez vos centres de loisirs locaux. Vos élus. Ça fait longtemps qu’on présente des activités extérieures. Soyons créatifs. Et, quitte à faire friser les oreilles de Martin Petit et d’autres, «réinventons-nous».

Bon été distancé et paisible à tous!