Erin O’Toole est le nouveau chef du Parti conservateur.
Erin O’Toole est le nouveau chef du Parti conservateur.

L’entreprise privée, pour qui? pour quoi?

Mireille Bonin
Mireille Bonin
Québec
POINT DE VUE / L’élection du nouveau chef conservateur fait valoir l’idéologie conservatrice habituelle : placer l’État au service de l’entreprise privée. Sans tenir compte des grands changements en cours, particulièrement au niveau des développements technologiques qui se retrouvent le plus souvent hors de nos frontières.

Sans tenir compte non plus de là où en est le travail comme source de financement pour le développement des individus, alors que l’essence même du travail est en pleine mutation, surtout pour les jeunes. 

Et particulièrement pour ceux qui sont acculés au travail précaire de la «gig economy» le seul disponible quand ils ne veulent pas délaisser leurs talents et leurs compétences au profit d’un travail au salaire minimum, pour lequel il y a par ailleurs une grande pénurie d’emploi.

La technologie vise à réduire les erreurs humaines et le besoin en ressources humaines. Ceci remet donc en question non seulement l’avenir des prochaines générations quant à la manière dont ils pourront s’intégrer à l’économie du pays, mais comment ils pourront trouver leur place à titre d’êtres humains, particulièrement dans un pays pris entre deux empires.

Il a toujours été tenu pour acquis que l’investissement dans l’entreprise privée, c’est-à-dire dans celle qui réussit déjà, percole dans toutes les strates de la population. Ceci n’a jamais été vrai et l’est encore moins aujourd’hui.

Quel sera notre projet de société pour permettre aux premières générations de la révolution technologique de s’y adapter? Mieux, d’y participer? Nous attendons plus des partis politiques qu’un discours partisan, dépourvu de sens. Nous voulons entrevoir l’avenir.