«Le Soleil est, à plus d’un titre, un participant essentiel à notre société. Ses journalistes y mettent quotidiennement en lumière les enjeux et les avancées de cette société et il doit continuer à en être ainsi!» écrit Janet Dufour.

Le Soleil, un participant essentiel à notre société

Le Soleil, une histoire qui a commencé tôt alors que j’étais la première à attraper le Cahier Perpectives, dès qu’il entrait dans la maison. Un exploit dans une famille de huit !Toujours au même endroit, à genoux sur le tapis du salon, le cahier étalé sur le divan, l’adolescente que j’étais cherchait à comprendre la société qui bouillait autour de moi.

Au fil des ans, il est devenu une partie de notre quotidien: les petites annonces pour la recherche du premier appartement; la relecture du texte de l’avis de décès qu’on n’aurait jamais voulu écrire; les visites de Gus Bleau qui venait, à pied, chercher mes collages faits à la cire pour les publicités du Théâtre de la Bordée.

Des entrevues de fond à la couverture des événements culturels sur lesquels j’ai travaillé pendant plus de 25 ans, Le Soleil a toujours été là. Respectueux, attentif à son milieu, rapportant nos bons, et moins bons coups, par la plume et l’intérêt réel des Léonce Gaudreault, Martine Corriveau, Jean St-Hilaire et Normand Provencher pour ne nommer que ceux-là.

Il a aussi été là, à tous les petits déjeuners, mes enfants apprenant à y décrypter les statistiques sportives et y découvrant les conflits mondiaux.

Depuis 15 ans, à titre de responsable des stages au Département d’information et de communication de l’Université Laval, je suis à même de constater avec quelle générosité et quel respect l’équipe de la rédaction du Soleil reçoit nos étudiants en journalisme, les accompagnant dans leurs premiers pas dans cette profession qui est d’informer.

Le Soleil est, à plus d’un titre, un participant essentiel à notre société. Ses journalistes y mettent quotidiennement en lumière les enjeux et les avancées de cette société et il doit continuer à en être ainsi!