Le PQ méritait mieux

Je suis d’accord avec le point de vue d’Henri Marineau proposé aux lecteurs du Soleil du 13 mars : «Jean-François Lisée : C’est pas d’ma faute!» Par contre, la chronique de Jean-Marc Salvet «Hommage au Parti québécois» me laisse sur ma faim.

C’est vrai qu’on ne peut ignorer les vagues qui ont secoué le PQ depuis sa naissance, il faut maintenant considérer son avenir. Le changement de nom serait une erreur puisque ce parti, à l’origine, se définissait comme le parti des Québécois. Il faudrait simplement clarifier son objectif : faire du Québec un pays souverain et non un pays indépendant, l’indépendance suggérant une certaine prétention, celle de Lisée, alors que la souveraineté propose plutôt d’être maîtres de notre destinée, celle d’une nation distincte qui veut maintenir des ponts avec ses voisins et avec le monde. L’indépendance fait penser à la fermeture de nos frontières, alors que la souveraineté propose une gestion de notre destinée, dans un contexte d’ouverture et de partage. Un parti politique qui oublie les stratégies complexes pour une meilleure transparence, c’est un parti qui mériterait mon vote.

André Drapeau, Saint-Roch-des-Aulnaies