Parfois, l'auteur de cette lettre est découragé pour Québec. Heureusement, souligne-t-il, il y a, entre autres, l’Université Laval pour remonter le niveau.

Le pouvoir de la bêtise

Le 5 avril dernier, il était question dans le journal Le Soleil de Patrick Turmel, professeur de philosophie et spécialiste d’éthique économique.

M. Turmel est coauteur, avec David Robichaud, de La juste part, livre paru en 2012 et repris par une maison d’édition française en 2016. Je résume très simplement leur thèse : le self-made-man est un mythe. En fait, les riches et les très riches de ce monde sont ceux qui profitent le plus de la coopération sociale. Sans les structures sociales déjà en place — système d’éducation, savoirs, techniques, pays stable, routes, formation des travailleurs, marchés, devises, etc., la liste est longue — ils n’auraient pu s’enrichir. Il est donc juste qu’ils redonnent, sous forme de taxes et impôts, une partie de leur argent, et non tout leur argent — ils vont rester riches —, ce qui contribue à financer les structures sociales dont ils profitent.

Or, un populaire animateur de radio n’y a vu que du feu. Il a tout à fait le droit d’être en désaccord avec cette thèse, là n’est pas mon propos. Il a le droit de dire tout haut pourquoi il n’est pas d’accord. Mais encore faut-il avoir des arguments et maîtriser son sujet. Et comment a-t-il fait pour réfuter cette approche toute sociale-démocrate, approche présente au Canada et dans bien des pays européens? En déformant la réalité et en n’utilisant que des caricatures. L’animateur a dit que M. Turmel «fuckerait nos enfants» (comme si l’Université Laval était fréquentée par des enfants). Cette université serait un «guet-apens de communistes», un nid de «gauchistes». Selon l’animateur, qui croit avoir compris quelque chose, il faudrait, dans cette vision des choses, «donner tout son argent à l’État». C’est carrément faux. Il n’en a jamais été question. Toujours selon l’animateur, payer des impôts serait communiste et le régime communiste a causé «100 millions de morts», rendant ainsi le professeur coupable par association.

Que de tels propos mensongers soient proférés sur les ondes d’une radio qui rejoint un large public est inquiétant. En plus d’insulter Le Soleil, l’Université Laval et des individus précis, on s’attaque à l’intelligence de l’auditoire en déformant la réalité. Il m’arrive souvent d’en avoir ras-le-bol des moqueries des gens de Montréal sur Québec, mais quand on entend de telles inepties sur les ondes, je peux les comprendre.

Parfois, je suis découragé pour ma ville. Heureusement, il y a, entre autres, l’Université Laval pour remonter le niveau.

René Bolduc, Québec