Michel Dallaire présente la dernière version du projet Le Phare en juin dernier.

Le Phare, un projet visionnaire et incontournable

Le projet Le Phare ne fait pas l’unanimité, semble-t-il, dans la population de Québec. Trop gros, trop ambitieux, trop cher et trop long pour le construire. On parle de 10 ans! Trop, trop, trop! On pourrait presque en déduire que trop, c’est comme pas assez.

Vu par un bleuet du Saguenay-Lac-Sant-Jean, en l’occurrence moi, le mégat édifice qu’on veut ériger à Québec semble tout simplement génial et incontournable. Faut dire que les bleuets ont toujours eu des idées de grandeurs! Mais tout de même!

Prenant sise à l’entrée de Québec dans le secteur de Sainte-Foy, Le Phare viendra à lui seul revitaliser ce coin de Québec qui en a bien besoin. Sainte-Foy a toujours été à mes yeux un lieu à dormir debout, sans attraits particuliers, outre peut-être bien l’Université Laval.

Dans les années 1990, j’arrêtais souvent à ville de Sainte-Foy justement pour aller dormir dans un de ses hôtels en plein où Le Phare s’élèvera vers le ciel. Le lendemain, j’embarquais dans un autobus pour aller visiter Québec la magnifique. Il n’y avait rien à visiter à Sainte-Foy, outre son Aquarium. Un quartier-dortoir donc!

Mais comme Sainte-Foy est maintenant annexée à Québec, il faut à tout prix que ce coin de la ville prenne son essor un jour ou l’autre, question de rendre justice à ce joyau qu’est devenu justement Québec.

Québec est réputée mondialement pour son histoire et son côté ancestral, entre autres, par ses vieilles rues et son architecture. Alors Le Phare arrivera à point nommé pour faire entrer la Vieille Capitale dans la modernité. Un peu comme New York et Paris où l’ancien se marie au nouveau.

Les opposants du Phare sont nombreux à Québec et cultivent de grandes craintes face à l’ampleur de ce projet et de sa possible démesure.

Mais on n’érigera tout de même pas un méga centre d’incarcération à l’entrée de la ville, près du pont Pierre-Laporte. On parle d’un grand complexe dans lequel on retrouvera, entre autres; un hôtel, des appartements, des épiceries, des restaurants, un pôle d’échange pour le transport collectif et une salle de spectacle de plus de 1200 places.

Le Phare sera immense avec sa haute tour qui le caractérisera. Les touristes y afflueront et à lui seul il deviendra une attraction et un lieu de convergence et de rassemblement.

Avec Le Phare, Québec entrera pour de bon dans le 21e siècle. Le Château Frontenac ne sera plus la seule image privilégiée sur les cartes postales et les agences de voyages du monde entier. Le Phare deviendra lui aussi une image de marque. Après le Diamant de Robert Lepage, Le Phare s’inscrira dans une ère de renouveau pour Québec.

Yvan Giguère, Saguenay