L’annonce du nouveau réseau de transport structurant de Québec a beaucoup emballé l'auteure de cette lettre.

Le Lac-St-Charles, c’est aussi Québec

Je suis citoyenne de la ville de Québec et je réside au Lac-Saint-Charles depuis 2010. Auparavant, je demeurais dans le secteur Duberger, à 10 minutes de tous les services, dans un secteur très bien desservi par le transport en commun.

Alors que nous étions encore étudiants, avec notre premier enfant dans les bras, mon conjoint et moi avons entamé des recherches pour acquérir une première maison. La hausse vertigineuse du prix des résidences nous a forcés à orienter nos recherches bien loin du centre de la ville. C’est ainsi que nous avons opté pour le Lac-Saint-Charles. À plusieurs kilomètres du travail et du campus universitaire, à 20 minutes de voiture du plus proche aréna, piscine intérieure ou centre commercial, c’était le prix à payer pour pouvoir s’acheter une résidence pouvant accueillir notre famille qui, avec les années, allait s’agrandir encore, encore et encore. Mais qu’à cela ne tienne, nous restions dans le giron de la ville de Québec et le RTC offrait plusieurs trajets d’autobus à proximité de la maison. L’offre de service du RTC fut un élément crucial dans notre décision.

L’annonce du nouveau réseau de transport structurant de la Ville de Québec m’a beaucoup emballée. C’est un projet ambitieux et intelligent, qui répond tout à fait aux besoins de mobilité de la majorité des citoyens. Évidemment, un tel projet est conçu pour améliorer la vie du plus grand nombre de personnes possible, mais ne peut contenter tout le monde. En raison de son éloignement et de sa faible densité, il était évident que le secteur du Lac-Saint-Charles ne profiterait pas beaucoup de ce projet. Il n’est pas justifié d’y amener les trambus, encore moins le tramway! Mais comme citoyenne de Québec, je suis néanmoins très fière de ce projet.

Cependant, lors de la consultation publique ayant eu lieu samedi dernier, j’ai été informée que la réorganisation des services du RTC, visant à améliorer et optimiser la desserte des autobus dans la foulée de l’implantation du réseau structurant, allait éventuellement se traduire par une réduction du service au Lac-Saint-Charles. Adieu les parcours Express. Il en coûte trop cher du kilomètre pour faire circuler ces autobus jusqu’à nous. C’est évident et ce n’est pas une surprise pour personne. Mais nous demeurons des citoyens de la ville de Québec, nous payons nos taxes comme tous nos concitoyens, nous travaillons et consommons dans la ville et contribuons à son économie. 

Nous aussi avons donc droit à un service de transport en commun de qualité. Un réseau de transport en commun n’est pas conçu pour faire de l’argent, les secteurs «payants» comme le centre-ville compensent pour les autres. Le RTC doit servir l’ensemble des citoyens de Québec, incluant le Lac-Saint-Charles, Notre-Dame-des-Laurentides et le reste de la couronne nord de la ville. Croyez-moi, il nous en coûte cher à nous aussi de nous entêter à n’avoir qu’une seule voiture et à prendre l’autobus : cher en temps et en flexibilité. Mais à notre époque, dans une ville aussi importante que Québec, nous trouvons inconcevable d’être obligés d’avoir deux voitures.

On m’a assurée que la perte des trajets Express au Lac-Saint-Charles ne se ferait pas avant 2026, et surtout, pas avant qu’une autre option de déplacement ne nous soit offerte. Je vous crois. J’ai besoin de vous croire. Parce qu’avec le travail, l’école, la garderie, le soccer, la natation, le patin, les activités avec les amis et éventuellement, les études postsecondaires des enfants, la nécessité d’avoir une offre de transport en commun près de chez nous est, et sera de plus en plus, importante.

Je tiens à préciser que cette lettre est tout, sauf une critique du projet de réseau structurant de transport en commun, tel qu’il nous a été présenté. Il s’agit d’un excellent projet, que j’espère de tout cœur voir se réaliser dans les meilleurs délais. Mais dans toute cette belle vision de la mobilité, je vous en prie, ne nous oubliez pas, nous, les résidents du Lac-Saint-Charles. Nous sommes nous aussi des citoyens de la ville de Québec.

Isabel Thibault, Québec