Le gouvernement Couillard a appauvri les retraités

Tout au long de son mandat, le gouvernement Couillard n’a cessé de s’attaquer aux retraités.

Dans son budget 2014-2015, le gouvernement a modifié l’application du mécanisme de fractionnement des revenus de retraite entre conjoints pour prévoir qu’à partir de 2014, le fractionnement ne s’appliquera plus aux retraités de moins de 65 ans. Cette mesure rapporte plus de 50 millions $ par année au gouvernement. Il s’agit pour les retraités touchés d’une charge fiscale aditionnelle pouvant atteindre plusieurs centaines ou même pour certains plusieurs milliers de dollars.

Dans son budget 2015-2016, le gouvernement Couillard tente d’en rajouter sur le dos des retraités. Il annonce que l’âge d’admissibilité au crédit d’impôt en raison de l’âge sera graduellement porté de 65 ans à 70 ans d’ici 2020. Les économies dégagées par cette mesure devaient servir à financer la bonification de l’incitation au travail à l’égard des travailleurs. Selon le gouvernement, il revenait aux retraités de payer la facture de cette mesure. Heureusement que la pression populaire a fait reculer le gouvernement.

Par la loi 126 adoptée en mai 2017, le gouvernement continue de s’en prendre aux retraités en visant cette fois les retraités cadres de la fonction publique du Québec. Cette loi gèle les prestations de rente pour les six prochaines années (2018 à 2023) et met en place des mécanismes d’indexation moins avantageux par la suite. Ces modifications au régime de retraite ont été faites en silence sans véritables discussions avec les cadres retraités.

Notons que les rentes versées aux retraités cadres sont déjà très loin d’être pleinement indexées à l’inflation. De plus, ceux-ci avaient au cours des années négocié de minces augmentations de salaires en échange d’une retraite plus avantageuse. Par la loi 126, ces retraités connaîtront au cours des prochaines années un appauvrissement et une perte significative de leur pouvoir d’achat. En adoptant cette loi, le gouvernement a renié sa signature et trahi les retraités cadres de la fonction publique.

Le gouvernement Couillard dans sa course au retour à l’équilibre budgétaire a appauvri un grand nombre de retraités, contribuables moins bien organisés et moins nantis. Pendant ce temps, celui-ci n’a pas hésité à bonifier la rémunération des médecins de plusieurs centaines de millions de dollars financés à même les impôts des contribuables, dont les retraités.

Cette façon d’agir du gouvernement Couillard constitue une menace sérieuse pour l’avenir des travailleurs et retraités du Québec. Les organisations syndicales devraient s’inquiéter du précédent créé par la loi 126 et les retraités faire état de leur mécontentement au gouvernement en votant lors du scrutin d’octobre prochain.

René Paquette, cadre retraité du gouvernement du Québec, Québec