Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Le diable dans les détails

Sylvia Pelletier-Gravel
Sylvia Pelletier-Gravel
Gatineau
Au risque de me fourvoyer, je me fais l’avocate du diable. Le premier ministre du Canada, malgré l’énorme déficit qui nous accable, délie encore les cordons de la bourse pour, présumément, assurer la rentrée harmonieuse des écoliers dans les écoles du pays.

Le diable étant dans les détails et même si cela peut être perçu comme un geste de solidarité, il reste qu’à la veille de la lecture du Discours du trône et afin d’éloigner le spectre d’un vote de non-confiance suite au scandale ambiant, le premier ministre semble en voie d’acheter l’approbation des provinces et de tenter de repousser aux calendes grecques une élection qui risque de sonner le glas de sa carrière au sommet du pays. 

Pour en ajouter, après avoir distribué la première tranche de ces milliards et que les provinces auront confessé l’usage du premier dépôt mettant sur pause leur besoin d’indépendance et que, sagement, elles auront assuré le maintien de son séjour au trône, elles pourront mériter la portion manquante des sommes alléchantes promises.

Dites-moi que je me trompe.