«Le chef Yves-François Blanchet peut bien donner des leçons de gestion de finances publiques, il ne gérera jamais rien», écrit l'auteur de cette lettre d'opinion.

Le Bloc nous bloque!

POINT DE VUE / J’ai été attristé d’apprendre que 33 % des francophones du Québec se font encore leurrer par les sirènes bloquistes qui, en jouant toujours les offensés et les humiliés au sein d’un pays moderne et démocratique, forme un groupe politiquement archaïque.

Le chef Yves-François Blanchet peut bien donner des leçons de gestion de finances publiques, il ne gérera jamais rien. Il peut bien exiger tout pour le Québec, il est dans la position très facile de n’avoir aucun compte à rendre aux autres Canadiens. Sauf que déléguer des bloquistes à Ottawa, cela a donné de nombreux contrats de construction navale ailleurs au Canada (vive le Bloc, doit-on s’écrier à Halifax!), mais aucun à Davie. S’exclure du caucus des décideurs n’est jamais gagnant.

Mais je suis heureux de constater que 67 % des francophones souhaitent un Québec qui participe de plein pied au gouvernement fédéral. Cela nous permet de véritablement défendre les intérêts du Québec plutôt que de simplement en parler, comme le fait ce Bloc qui, ne pouvant gouverner, se limite à pérorer. Et surtout, cela fait en sorte que nous apportions notre pleine contribution à l’édification de ce Canada, qui est notre pays, modèle de démocratie et de développement économique où à peu près tous les huit milliards d’humains souhaiteraient venir vivre. 

Tous, sauf peut-être nos élus du Bloc, quoique, semble-t-il, ils s’accommodent très bien de leur confortable et lucrative vie de députés d’arrière-ban sans responsabilité de gouvernance à Ottawa.