«L’Équipe Beaulieu m’a surtout bien fait comprendre que mes craintes et mon opinion n’intéressent personne au conseil de ville», écrit Normand Arpin, à propos du projet immobilier Privilèges sur le Golf, à Lac-Beauport.

Lac-Beauport: ma montagne a mal

POINT DE VUE / Récemment, en descendant la Montée du Golf pour retourner chez moi, je m’interrogeais à savoir pourquoi je devrais jouer à David et essayer de combattre Goliath en montant aux barricades contre mon administration municipale. L’Équipe Beaulieu qui dirige Lac-Beauport essaie de me faire comprendre que de construire un minimum de 90 unités de condominium — un projet baptisé Privilèges sur le Golf — sans services municipaux, serait une bonne chose pour moi et ma montagne.

Par contre, ma montagne, que j’habite depuis plus de 30 ans, me fait comprendre qu’elle est fatiguée et qu’elle souffre. Plusieurs qui l’habitent manquent régulièrement d’eau. On doit recreuser nos puits de plus en plus profondément pour un débit toujours moindre. Plusieurs de nos puits sont déjà contaminés, mais ça, l’Équipe Beaulieu ne semble pas vouloir l’entendre.

Pour me rassurer, l’Équipe Beaulieu m’a plutôt expliqué que l’édifice bénéficiera d’un aqueduc privé. On va puiser l’eau d’un puits municipal pour n’abreuver que les occupants de Privilèges sur le Golf et personne d’autre. Et moi qui pensais que les puits municipaux doivent profiter à la collectivité. Mes voisins de la rue des Glacis, vous allez subir des mois de forage, d’excavation et fort probablement de dynamitage; vous allez voir la canalisation passer dans votre rue et subirez les désagréments d’un tel chantier. Mais, désolé, vous ne ferez que la voir passer la canalisation, car vous n’y aurez pas accès. 

On m’a également expliqué que Privilèges sur le Golf aurait une usine d’épuration automatisée pour les déjections des 90 unités. La soupe qui en sortira serait apparemment, selon le promoteur Synchro, de l’«eau presque bonne à boire». Cette eau-là, par contre, les propriétaires de Privilèges sur le Golf vont la partager avec tous les résidents de la montagne et du bassin versant. L’eau-presque-bonne-à-boire de l’usine de déjections des 90 unités servira à irriguer le golf, et le trop-plein ira directement dans la rivière Jaune. Mais qu’arrivera-t-il si le trop-plein de l’eau-presque-bonne-à-boire finit dans mon puits? Malheureusement, personne de l’Équipe Beaulieu n’a pu me répondre.

Un voisin a demandé à Synchro, lors de l’assemblée de consultation, quel était le coût de l’aqueduc privé de 1,5 kilomètre qu’il veut creuser dans le granite à six pieds de profondeur. Synchro a refusé de lui répondre disant que l’information était confidentielle. Pourquoi refuse-t-on d’être transparent? A-t-on quelque chose à cacher? Et si l’aqueduc et l’usine d’épuration, qui valent probablement plusieurs et plusieurs millions de dollars, étaient municipalisés en cours de route? En municipalisant les équipements, c’est toute la communauté de Lac-Beauport qui pourrait devoir payer les frais d’installation et d’entretien de l’aqueduc et de l’usine d’épuration. Mon imagination est-elle trop fertile? L’Équipe Beaulieu peut-elle calmer mon imagination et me garantir que jamais l’aqueduc et l’usine de filtration ne seront municipalisés? 

On m’a aussi expliqué qu’il y aurait 108 places de stationnements intérieurs et 200 places extérieures, mais qu’avec toutes ces autos, il n’y aura aucune augmentation de la circulation dans ma rue, étroite et sinueuse.

Ils ont également pris la peine de me faire comprendre qu’on va excaver des tonnes de granite en le cassant au marteau hydraulique, avec pratiquement aucun dynamitage. Et si mon solage devait craquer ou mon puits ne plus avoir d’eau pendant la période de construction, ce ne sera évidemment pas à cause de la construction de Privilèges sur le Golf.

On m’a dit que je ne subirai les désagréments de la construction que pendant une «courte période»… de 15 à 18 mois.

L’Équipe Beaulieu m’a également fait comprendre que ma ville avait un urgent besoin d’argent neuf. On m’a fait bien comprendre que le fait d’avoir baissé la taxe de 40 % sur les immeubles non résidentiels n’avait rien à voir avec le manque de revenu, si manque il y a.

L’Équipe Beaulieu a fait preuve de beaucoup de patience avec moi pour m’expliquer que je devais sauver un golf qui venait de bénéficier d’une subvention de près de 200 000 $ de la MRC de la Jacques-Carier, dont le préfet est mon maire, M. Beaulieu.

L’Équipe Beaulieu et l’urbaniste qui travaille pour la ville m’ont tout expliqué des règlements municipaux et pourquoi je n’ai pas le droit à la démocratie d’un référendum.

Et finalement l’Équipe Beaulieu m’a surtout bien fait comprendre que mes craintes et mon opinion n’intéressent personne au conseil de ville et que les «privilèges» du projet ne sont pas pour moi. Merci, grâce à vous, votre attitude et votre façon de procéder, je n’ai plus à m’interroger sur le combat que je mène.