L'auteur de la lettre insiste sur la notion de respect, lui qui constate régulièrement à l'extérieur de la province comment le «respect des usagers et des règles de circulation» y est présent et remarquable par rapport à ce qu'il observe au Québec.

La prudence au volant, et le respect aussi

En réaction au Point de vue «Sécurité routière : exiger une prudence sans réserve» paru le 26 janvier

Je suis totalement en accord avec les auteurs de cet article, et je désire ajouter un commentaire constructif à propos de l’article 3.1 du CSR (Code de la sécurité routière) qui sera étudié en Commission parlementaire le 6 février.

Alors que le texte de cet article inclut d’abord une mention sur «la prudence et le respect» lors de la circulation sur un chemin public, le terme «respect» est absent dans la suite du texte : «le conducteur d’un véhicule routier est tenu de faire preuve d’une «prudence» accrue à l’égard des usagers plus vulnérables… » Or, je suis d’avis que le terme «respect» devrait également apparaître dans ce texte complémentaire, car le «respect» des personnes vulnérables par le conducteur d’un véhicule motorisé est essentiel en toutes circonstances.

Je suggère donc, par exemple, que le texte devienne : «Le conducteur d’un véhicule routier est tenu de faire preuve d’une prudence accrue à l’égard des usagers vulnérables, notamment les piétons et les cyclistes, en priorisant le «respect» à la fois et simultanément de ces personnes et des règles du CSR. Je fais cette suggestion parce que j’ai le privilège de circuler fréquemment dans mon véhicule en dehors de la province et, chaque fois, je suis renversé de constater comment le «respect des usagers et des règles de circulation» y est présent et remarquable par rapport à ce que j’observe lors de mon retour au Québec.

Un exemple simple : quelle proportion des conducteurs d’un véhicule respecte les piétons lorsque ceux-ci veulent emprunter les couloirs piétonniers prévus pour faciliter leurs déplacements sur les surfaces de circulation des centres d’achat? Pourtant, les conditions de circulation sur ces surfaces devraient être relativement faciles et permettre que les personnes vulnérables soient facilement visibles, protégées et respectées par les conducteurs de véhicules motorisés.

Bien entendu, une telle approche comporte une amélioration du respect des règles du CSR lors de la conduite d’un véhicule motorisé qui peut nécessiter un programme de sensibilisation de l’ensemble des conducteurs de véhicules.

Pierre-André Côté
Québec