La prime des omnipraticiens

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
La prime versée aux médecins omnipraticiens qui accepteront la charge de plus de 750 patients me fait penser à un père qui promet à son fiston qu’il l’amènera au cirque s’il fait ses devoirs. Autrement dit, fais ce que tu dois faire et je te récompenserai.

On en est rendu là avec les médecins de famille. On leur demande de prendre davantage de patients moyennant une compensation financière, comme s’ils ne recevaient pas de redevances pour chaque patient supplémentaire.

Or, pourquoi faut-il que les disciples d’Esculape ne se montrent «professionnels» qu’à l’odeur de l’argent alors que les infirmiers, infirmières et préposés(es) aux soins sont débordés par des surplus de patients sans toucher un sou supplémentaire?

Quand les gouvernements vont-ils enfin cesser de traiter les tributaires du serment d’Hippocrate dans une classe à part et de se laisser manipuler servilement au grand dam d’une justice sociale bafouée sans vergogne?

Henri Marineau, Québec

***

MERCI, MARCHÉ DU VIEUX-PORT

Dans quelques jours, les derniers marchands et producteurs du marché du Vieux-Port quitteront définitivement le site qu’ils occupent au bord du bassin Louise. Ce sera la fin d’une belle aventure après plus de 30 années à cet endroit. Le Comité des citoyens du Vieux-Québec (CCVQ) est évidemment très déçu de voir disparaître cette institution qui cadrait parfaitement dans son environnement et qui perpétuait les marchés antérieurs qui historiquement se sont installés à différents endroits dans le Vieux-Québec. Le marché du Vieux-Port, alias marché Saint-Roch, a toujours fait partie du centre-ville depuis 1857. C’est donc la fin d’une longue tradition de marchés publics au centre-ville. Au nom des résidents du Vieux-Québec et des citoyens des quartiers limitrophes, le CCVQ tient à remercier tous les marchands et les producteurs, qui ont œuvré au Vieux-Port durant toutes ces années, pour nous avoir amené la campagne à la ville. Nous nous souviendrons longtemps de leur enthousiasme à nous entretenir de leurs productions et des techniques de fabrication. Un grand merci du fond du cœur.

Michel Masse, président du CCVQ