Une lettre pour tous ceux qui m’entourent

Bien avant qu’on me répète que j’étais promue au confinement total, je savais que j’étais vieille et vulnérable. Quand les proches ne songent plus à placer le bon nombre  de chandelles sur votre gâteau d’anniversaire par crainte d’obérer le budget de la famille entière, c’est que vous avez atteint un âge vénérable.

Les cancers, les chirurgies et autres peccadilles n’étant pas parvenus à éteindre mon enthousiasme, je me suis interrogée sur un emploi du temps susceptible de m’éloigner des tentations d’oisiveté que me soufflait la paresse en cette période où le bénévolat n’est plus possible. 

Bien sûr, le grand ménage comblerait à lui seul les jours et les nuits de l’insomniaque que je suis. Mais je souhaitais sortir de mon habituel quotidien.

 Il me fallait faire preuve d’originalité. La COVID-19 est un évènement  d’importance et d’une heureuse rareté. Il importe d’y faire correspondre un emploi du temps quelque peu original. À 82 ans, le saut à la corde risquait de convaincre mes proches qu’un dérèglement mental m’avait affligée.

J’ai donc réfléchi et trouvé quelque chose de convenable pour l’octogénaire que je suis. J’entrepris d’écrire à chaque membre de ma famille l’expression de ma tendresse. Une correspondance destinée à une distribution postérieure à mon décès. Une lettre à chacun! À chacune! Pas de copie! Pas d’exclusion! Une lettre pour tous. Une missive toute personnelle.

Non pas que je veuille que la COVID-19 s’éternise, mais, quand même… J’ai un mari, 9 enfants, 5 gendres, 2 belles-filles, 25 petits-enfants et le troisième arrière petit-enfant aura fait son entrée solennelle dans ma famille quand je prendrai la plume pour m’acquitter de mon adorable besogne à son profit.

La tâche est d’envergure, mais tellement agréable. Je ne revendiquerai même pas de droit d’auteur sur ce vaste projet si d’autres, inspirés, veulent goûter comme moi à la sublime satisfaction d’exprimer une affection légitime et parfois latente.

Quand je rejoindrai le Très-Haut, je lui rappellerai que le facteur a une kyrielle de missives à livrer et qu’il importe de ne pas laisser poindre une autre effroyable COVID surtout si elle dicte un nouveau confinement.