La grippe prévue... imprévue!

Le Soleil
Il y a plus d'un an que l'on parle de la grippe porcine, devenue depuis A (H1N1). Les gouvernements, les institutions de toutes sortes nous ont demandé de nous préparer à réagir. Tous se sont dits en train de se préparer. Qu'ils feraient ce qu'il faut pour commander les vaccins nécessaires. Tous se sont dits inquiets que la population ne soit pas assez prête. L'heure de la vaccination arrive, c'est le moment de prendre les mesures pour éviter la contagion. Peut-on s'étonner que la population s'impatiente alors qu'elle se fait bassiner depuis plus d'un an avec la nécessité de prendre des précautions? Et qui n'est pas prêt? Les gouvernements et les institutions. Décidément, cette histoire de grippe me rappelle une certaine histoire de gouvernance : on blâme la paille dans l'oeil de l'autre, et on ne voit pas la poutre dans le sien.
Francis LagacéMontréal