La force du réseau

POINT DE VUE / Plus de carte Opus, mon appareil-photo foutu, quatre côtes cassées, assez de points de suture pour dessiner une carte du monde et un arrêt complet de toutes mes activités. Alitée pendant les premiers jours, je commence à peine à sortir de la maison et à voir les rayons du soleil.

En moins d’un an, l’espace de coworking La Station sur le boulevard Charest Ouest avait réussi à créer un microcosme stimulant de travailleurs autonomes. Toutefois, ce petit monde a été secoué de plein fouet par une voiture, la semaine dernière (22 mai), avec l’effet d’une bombe. L’impact a pulvérisé la vitrine de La Station et m’a projetée à terre. J’étais aux premières loges, au milieu des débris de verre, à quelques mètres du VUS.

Sans connaître la gravité de mes blessures, on m’a rapidement sortie des décombres. Arrivée à l’urgence de l’Enfant-Jésus, le verdict tombe : quatre côtes cassées, des hématomes et plusieurs lacérations, entraînant de nombreux points de suture.

Depuis mon congé de l’hôpital, je suis limitée dans mes mouvements, je me fatigue vite et je suis incapable de couvrir des événements comme j’en avais l’habitude.

Comme travailleuse autonome, le cash flow n’est pas toujours au rendez-vous pour racheter d’un coup le matériel perdu. Cette tragédie m’a fait perdre le nord. Heureusement, une belle solidarité s’est mise en place et une campagne de sociofinancement vient d’être lancée.

Le réseau est tellement important! Dès le début, mes proches, mes collègues et des amis m’ont soutenue. De grâce, soyez bienveillants. Vous ne savez jamais ce que vous réserve la seconde suivante de votre vie.

À LIRE AUSSI: Une victime témoigne de l’élan de solidarité