La clé n’est pas dans le pré

On lisait récemment dans une lettre d’opinion parue dans Le Soleil que la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles aurait contribué au déclin de villages du Québec puisqu’elle ne permet pas le fractionnement des lots soumis à cette loi aux fins de construction et conséquemment y amener de nouveaux résidants.

La solution à portée de main serait de la modifier, cela étant qualifié de «la clé que personne ne voit» pour ce faire. C’est regarder par le petit bout de la lorgnette que d’établir un lien avec cette loi qui est déjà souvent bafouée, alors qu’à peine 2 % du territoire du Québec est voué à l’agriculture. Dans ces villages, il y a la plupart du temps de nombreuses propriétés à vendre à cause du vieillissement de la population et il est donc inutile de modifier la loi pour en favoriser la construction et y amener des familles.

La solution est ailleurs et plus complexe!

Richard Gagné, Sainte-Pétronille