Mylène Moisan

La chroniqueuse qui est lumière

POINT DE VUE / Les médias écrits, comme le quotidien Le Soleil, sont menacés. Ce qui fait la différence entre certains médias et les autres moyens de communication, c’est le cœur, la lumière.

Lire une chronique de Mylène Moisan c’est du bonheur, du soleil malgré les jours gris, un vrai plaisir qui nous ouvre le cœur sur des réalités, souvent simples, mais bien partagées. Madame Moisan est reconnue comme «professionnelle» de l’année pour la qualité de son écriture, son sens de l’écoute, sa soif de justice, sa sensibilité et j’ajoute son intelligence, son sens de l’humour et sa reconnaissance des «petites» gens à qui elle donne de l’importance qui en font des géants. Si la qualité continue à donner ainsi du sens à notre vécu, donner un regard généreux, donner des mots réconfortants, donner des couleurs à un paysage humain parfois terne... Alors le quotidien, notre journal, survivra parce que ses lecteurs, surtout les humbles et silencieux qui n’osent mais qui ont besoin de ces capsules de bonheur, ces capsules de lumière qui éclairent nos vies et nous proposent de voir avec les yeux du cœur.

Une chronique de madame Moisan, c’est la meilleure leçon du mieux-vivre, du bien-vivre, une leçon qui donne de l’énergie pour apprécier notre quotidien, notre vécu. Surtout, pour les personnes qui vivent une solitude difficile, en lisant Mme Moisan nous avons l’impression d’écouter et d’être écoutés par une amie qui nous dit : «Prends le temps de vivre ta matinée et je t’aiderai à voir ce que sont les personnes qui vivent ailleurs... aux Îles-de-la-Madeleine, en Gaspésie, en Abitibi...» Nous découvrons des gens authentiques dans leur belle simplicité, celle qui est la meilleure.

Merci belle dame de la chronique qui savez écrire la vie avec l’encre du cœur et de l’amour.