La Chine et Huawei mises en échec

Le chef de la diplomatie états-unienne, Mike Pompeo, a déclaré : «Dire que Huawei ne travaille pas avec le gouvernement chinois est une fausse déclaration.» Sur ce point, on ne peut que lui donner raison.

Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à dérouler le fil des événements survenus entre Pékin et Ottawa depuis que la fille du fondateur de Huawei a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre dernier, à la demande de Washington. La Chine a réagi telle une lionne défendant sa progéniture menacée.

Pourquoi une telle violence? C’est que la Chine voyait, comme dans une boule de cristal, ce qui allait arriver, à savoir que l’avenir de Huawei en Occident est d’ores et déjà compromis. La toile d’araignée technologique que la Chine veut étendre sur le monde sera incomplète. Des pays dits libres ont choisi leur camp et d’autres s’apprêtent à le faire.

Sylvio Le Blanc, Montréal