Joseph Facal, un candidat de choix

Maintenant que Véronique Hivon a dit «non» à la chefferie du Parti québécois, les membres doivent se mettre en quête du meilleur candidat possible. Je crois que Joseph Facal ferait un candidat de choix.

Ceux qui lisent ses chroniques savent que ses positions sont mesurées et qu’il est nationaliste. Il est en outre un bon communicateur. Pour couronner le tout, il est né à l’étranger et sa langue maternelle n’est pas le français, ce qui pourrait ramener bien des ethnoculturels au bercail. Mon seul désaccord avec lui concerne le mode de scrutin; il voudrait conserver le mode actuel, moi pas. Quand il a quitté la politique, il était plutôt de droite. Mais je pense qu’il s’est depuis quelque peu tassé à gauche, jusqu’au centre. Par exemple, il n’est plus climatosceptique. Il a quitté la politique à cause de ses enfants. Mais ils sont grands maintenant. La patrie a grandement besoin de vous, M. Facal. Lancez-vous!

Sylvio Le Blanc
Montréal