«Je vous donne ma parole»

Le 14 mai 1980, en pleine campagne référendaire, le premier ministre Pierre-Elliot Trudeau faisait résonner les murs du Centre Paul-Sauvé à Montréal de sa fameuse phrase «nous mettrons nos sièges en jeu pour avoir des changements», discourant alors sur les demandes du Québec pour adhérer à une souveraineté pleine et entière et promettant d’y apporter des solutions.

On connaît la suite qui s’est soldée par «la nuit des longs couteaux» alors que le Québec a été isolé et que la Constitution a été rapatriée accompagnée d’une Charte des droits et libertés sans le consentement du Québec.

Maryse Potvin, chercheuse de l’Université de Montréal, disait «les souverainistes ont été floués, mais les fédéralistes nationalistes aussi».

Aucun gouvernement québécois n’a depuis signé la Constitution et une timide tentative de rapprochement du premier ministre Couillard au début de son règne a été rejetée du revers de la main par Justin Trudeau.

Presque 40 ans plus tard, les paroles du fils Justin rappellent celles du père : «Mes chers Québécois, j’ai entendu votre message ce soir… vous voulez que la voix du Québec se porte encore plus à Ottawa. Je vous donne ma parole. Mon équipe et moi serons là pour vous». Crédible?

Richard Gagné, Sainte-Pétronille