«Je rêve du moment où je remettrai mes gants pour les barres et où mes mains se couvriront d’ampoules. Je veux ça à nouveau. Je veux remettre un maillot de gymnastique et me faire une toque de cheveux bientôt!» écrit la jeune gymnaste de 13 ans, Marie-Ange Lamothe.
«Je rêve du moment où je remettrai mes gants pour les barres et où mes mains se couvriront d’ampoules. Je veux ça à nouveau. Je veux remettre un maillot de gymnastique et me faire une toque de cheveux bientôt!» écrit la jeune gymnaste de 13 ans, Marie-Ange Lamothe.

Je suis convaincue qu’il est possible de recommencer la gymnastique

Marie-Ange Lamothe
Marie-Ange Lamothe
13 ans, Québec
POINT DE VUE / Je m’appelle Marie-Ange Lamothe et j’ai bientôt 14 ans.

Je m’entraîne au Club de gymnastique Québec Performance dans le programme sport-études. Je m’entraîne six jours sur sept à raison de 25 heures par semaine. Ou plutôt je devrais dire «je m’entraînais»…

Je fais de la gymnastique depuis que j’ai 18 mois. J’ai toujours été une gymnaste et en serai toujours une. La gymnastique fait partie de moi, de mon corps, de mon esprit et de ma tête. Depuis la mi-mars, je suis dépourvue. Il me manque quelque chose dans ma vie, pour mon équilibre.

Mais je comprends. Je comprends que nous devons être prudents et respecter les consignes. Et je l’ai fait. Pendant des semaines, j’ai eu la chance d’avoir mes deux entraîneurs qui étaient là chaque soir de 16 à 18 heures pour nous faire bouger, pour ne pas que notre corps oublie. Ils ont été mes motivateurs pendant cette pandémie.

Mais là, les semaines sont devenues des mois et ça ne va plus du tout. Je m’ennuie de mon gym, de mes coachs, des filles avec qui je passe plus de temps que ma propre famille. L’odeur du magnésium (NDLR: les gymnastes s’en poudrent sur les mains pour moins glisser) me manque. Je veux remettre du tape à mes chevilles.

Je rêve du moment où je remettrai mes gants pour les barres et où mes mains se couvriront d’ampoules. Je veux ça à nouveau. Je veux remettre un maillot de gymnastique et me faire une toque de cheveux bientôt!

Mais je comprends… Je comprends, car je ne veux pas contaminer ma famille, mes grands-parents ou mes amies.

Mais je suis certaine qu’un retour au gym est possible. Je le sais, car je suis dans ce même gym depuis des années et je suis convaincue qu’il y a moyen de respecter les consignes de distanciation.

Oui, nous devrons désinfecter notre matériel après chaque période, à chaque appareil. La gymnastique ne sera plus comme avant, c’est certain. Ce sera plus long, peut-être. Mais j’aime mieux avoir des périodes d’entraînement plus courtes dans mon gym que deux heures dans mon sous-sol!

Bref, il est grand temps que mon corps retrouve ce qu’il sait faire de mieux. Pour mon moral et ma santé mentale, je suis prête à respecter les mesures mises en place. Mais SVP, pensez à nous, adolescents sportifs qui, en plus d’être coupés de notre milieu scolaire et de nos amis d’école, n’avons plus le bonheur et la satisfaction de pratiquer notre sport.