J’ai honte d’être Québécois

Pendant que les Français s’efforcent de reconstruire Notre-Dame, nous, nous jetons nos églises à terre, en fait nous dilapidons notre patrimoine architectural à petite graine sous une relative indifférence déconcertante. Vous me direz que notre histoire est jeune. Est-ce une raison pour la sacrifier ainsi? À plus forte raison, nous devrions en prendre soin et la chérir. Alors que les Québécois voyagent et s’extasient devant les merveilles architecturales d’ailleurs, nous, nous détruisons impunément des bâtiments patrimoniaux sous prétexte économique. Quelle est la valeur au juste du patrimoine? Certainement bien au-delà de l’argent investi pour le conserver. Vous iriez visiter une ville pleine de tours à condos? Poser la question, c’est y répondre.

La démolition de l’église Saint-Cœur-de-Marie est une aberration totale. Outre les qualités hors du commun de ce bâtiment (style, emplacement stratégie, etc.), ce qui me choque le plus, c’est l’immobilisme des politiciens et le jeu à peine subtil des promoteurs. Madame la ministre, vous me décevez énormément en vous réfugiant sous le prétexte de la précarité du bâtiment. Vous étiez le dernier recours, celui qui aurait pu me donner espoir en la volonté des Québécois d’accorder une importance au patrimoine. Pendant que les Français solidifient Notre-Dame, nous, nous détruisons nos trésors architecturaux.

Le mur de béton érigé autour de l’église Saint-Cœur-de-Marie n’aurait pas été un mur de la honte s’il avait servi à son chantier de réfection. La vraie honte, c’est la destruction de cette église. Je vous le dis, j’ai mal à ma ville et j’ai honte d’être Québécois.

Philippe H-Leroy, Québec