«J’ai deux motos et j'en suis le seul conducteur. Il m’est impossible d’enfourcher mes deux motos à la fois. Je représente donc un seul risque à chaque fois que je roule... pas deux! Pourtant, je paye deux fois le plein tarif», signale Pierre Gendron.

J’ai deux motos

POINT DE VUE / En réaction au texte «Les motocyclistes paient-ils leur juste part (ou plus)? du journaliste Jean-François Cliche paru le 29 mars

Intéressant et informatif, votre article sur les assurances moto. Comme toujours, il fait réfléchir. Depuis trois ans (sur le tableau illustrant ces trois dernières années), les incidents (morts, accidents légers et graves) diminuent, donc «actuarièlement» parlant, les risques diminuent, ce qui devrait se refléter dans les coûts prévisibles et par conséquent leur diminution. Eh bien non, c’est le contraire qui arrive : baisse des accidents potentiels (autour de 10 %) mais hausse de 14 % des coûts qui leur sont attribués.

Évidemment, la réponse à ceci, c’est que les coûts du système de santé augmentent, mais de 24 %?

Le motocycliste paie directement et doublement ces hausses de coûts : en tant que payeur de taxes, comme citoyen ordinaire et en tant qu’usager potentiel du système de santé.

Le no-fault est une grande bénédiction en désengorgeant les tribunaux et en diminuant ainsi les coûts reliés aux frais d’avocasseries, mais il a le défaut de faire porter l’entièreté du risque prévisible sur le motocycliste, même s’il n’est pas «dans le tort» lors d’un accident. On se doute qu’il n’existe pas à la SAAQ de statistiques à ce sujet et si oui, elles sont sous verrou. Connaître les statistiques à ce sujet aiderait sûrement les actuaires dans leurs calculs en ce sens, qu’une partie du transfert des coûts des accidents pourrait être changée.

L’étatisation d’une partie des assurances doit aussi suivre une logique de mutualisation des risques, ce qui n’est pas le cas ici.

Et question coûts : j’ai deux motos et j'en suis le seul conducteur. Il m’est impossible d’enfourcher mes deux motos à la fois. Je représente donc un seul risque à chaque fois que je roule... pas deux! Pourtant, je paye deux fois le plein tarif.