Interdire les cellulaires des jeunes ou enseigner le savoir-vivre?

POINT DE VUE / En réaction à la chronique «Interdire le cellulaire ne réglera rien» du journaliste Patrick Duquette parue le 13 mars

Je suis tout à fait d’accord avec les propos du chroniqueur Patrick Duquette qui affirme qu’interdire les cellulaires dans les classes ne fera que diaboliser cet appareil et que les élèves, au lieu de se concentrer davantage sur ce qu’ils ont à faire, passeront leur temps à développer de nouvelles stratégies pour déjouer les enseignants.

À LIRE AUSSI : Interdire le cellulaire ne réglera rien

Là où je ne marche pas, c’est quand il dit que dans un monde idéal, ce sont les écoles qui devraient enseigner aux jeunes à utiliser les cellulaires adéquatement. Ne croyez-vous pas que nous avons assez pelleté dans la cour des écoles et des enseignants? Portons donc notre regard ailleurs, dans les familles puisque c’est par là que le téléphone mobile fait son entrée.

La fonction première du cellulaire n’est pas pédagogique, c’est un appareil qui se veut d’abord un filet de sécurité en cas de besoin. Dans certains endroits, nous devons les fermer pour respecter l’entourage, une simple question de savoir-vivre.

C’est ça qu’il faut enseigner aux jeunes et, pour y arriver, il faut des modèles convaincus et convaincants, à commencer par les parents et ensuite l’école. Ceci devrait faire partie de la longue liste des règles qu’on doit apprendre à respecter avant de franchir la porte de la maison.

Quand cette règle de bienséance sera intégrée, on pourra parler de l’utilisation du cellulaire comme outil pédagogique. En attendant, protégeons nos enseignants des tâches qui ne leur reviennent pas d’emblée.