Les milliers de policiers déployés lors du G7 étant presque plus nombreux que les manifestants qui ont fait acte de présence.

Il y a un an, un drôle de G7

POINT DE VUE / Il y a un an, le Québec était plongé en plein G7. Vous vous souvenez, on prévoyait de grandes manifestations. On envisageait de la grosse casse. Mais de grabuges, il n’en a point eu. Pourtant notre premier ministre Justin Trudeau avait prévu le pire et avait dépensé une fortune en effectifs policiers et en sécurité tant à La Malbaie qu’à Québec.

Mais les milliers de policiers déployés ont eu l’air un peu fou finalement, étant presque plus nombreux que les quelques centaines de manifestants qui ont fait acte de présence. Le tout a ressemblé ni plus ni moins à une grosse farce.

Mais on n’avait pas lésiné à La Malbaie en clôturant la ville de tout bord tout côté afin de protéger surtout la zone rouge de sécurité entourant le Manoir Richelieu, là où les chefs d’État se réunissaient. On avait presque pris en otage la population. La plus grosse manifestation à se tenir à La Malbaie avait réuni une poignée de personnes. Il y en a même eu une où un seul manifestant s’était présenté. Et du côté contenu de ce G7, il ne s’est pas passé grand-chose de révolutionnaire ou de surprenant, faut-il préciser. De quoi vouloir le reléguer dans l’oubli. Ah, si ce n’est la volte-face de Donald Trump qui s’est défilé avant la fin dudit G7 en traitant de tous les noms possibles notre Justin national.

L’événement est pour ainsi dire tombé à plat, pour ne pas dire tombé à l’eau, celle du fleuve Saint-Laurent en bordure du chic Manoir Richelieu. Au final, ce drôle de G7 aura coûté un peu plus de 600 millions $. Et ça, nous ne sommes pas prêts de l’oublier.