Il faut écrire, mais dessiner aussi

Dans une récente lettre aux lecteurs parue dans Le Soleil, M. Yvan Giguère fait l’apologie des grandes vertus libératrices de l’âme par l’écriture, nous permettant de nous découvrir et de cerner les grandes valeurs de la vie : la dignité humaine, le respect, la solidarité, l’harmonie, l’équilibre partout.

Il y a également le langage visuel et son immense potentiel à explorer. La couleur et ses nuances et ses contrastes et ses textures traduisant les grandes et les petites lumières émanant de la vie observée par l’artiste sachant la lire avec vive observation et profonde intuition pour en dégager une vision personnelle. C’est par le geste spontané, libre, authentique que l’artiste nous parle, nous surprend, nous interroge et nous invite à explorer le mystère de la création prenant racine dans cet élan spontané et naïf de l’enfance et toute son amplitude d’innocence.

Il faut aussi dessiner ou réhabiliter ce plaisir de jouer avec la ligne et la couleur pour retrouver notre premier contact avec la vie...

Douglas Beauchamp, Québec