«Ginette était une comédienne de grand talent et multidisciplinaire. Elle jouait, chantait, dansait, écrivait. Elle avait un tel humour, une audace, c’était une créatrice», écrit Pierrette Robitaille à propos de GInette Guay, ici en 2003.

Hommage à la comédienne Ginette Guay

POINT DE VUE / Ginette Guay est décédée subitement à l’âge de 63 ans, le 9 novembre dernier. Conjointe de Jean-Jacqui Boutet, mère de François et Charles.

Je voudrais souligner l’apport de cette femme remarquable à la communauté artistique de la ville de Québec. Sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec, elle fut un des membres fondateurs du théâtre La Bordée qui produit toujours depuis plus de 40 ans et qui a sa propre salle de spectacles sur la rue Saint-Joseph à Québec.

Ginette était une comédienne de grand talent et multidisciplinaire. Elle jouait, chantait, dansait, écrivait. Elle avait un tel humour, une audace, c’était une créatrice. Elle aura fait rire aussi bien que pleurer le public à Québec, à Montréal, en tournée à travers la province et ce jusqu’en France. Elle a joué dans plusieurs théâtres d’été.

On se souvient des rires complètement délirants à la création du spectacle de variétés Les Vol-ô-vent qui a d’ailleurs eu plusieurs éditions au fil des ans.

On se souvient aussi de ce défi extrême qu’est la conquête d’un public par deux jeunes comédiennes complètement inconnues dans une autre création, Bobépine, jouée à Québec, à Sainte-Adèle, à Montréal et ensuite dans une tournée provinciale.

Et que dire de cette interprétation tellement bouleversante de Ginette dans la pièce Éva et Éveline de Marie Laberge.

Elle a interprété avec brio Toinette dans Le malade imaginaire de Molière, elle a joué au TNM à Montréal dans Les trois sœurs de Tchekhov, dans une mise en scène de Wajdi Mouawad. En fait, on ne compte plus le nombre de personnages et de spectacles à son actif.

Je salue cette femme d’exception et la remercie pour tout ce qu’elle a donné à ce métier qu’elle aimait tant.

Tu as fait partie de ma vie, Ginette, je garde un souvenir impérissable. Cette complicité et ce plaisir partagé sur scène demeureront parmi les plus belles choses que le métier m’aura fait vivre.

Je t’embrasse et te salue Ginette!