Selon Corrine Payne, présidente de la Fédération des comités de parents du Québec, les parents sont particulièrement inquiets de la confusion qui règne autour des sorties depuis le dépôt de la directive ministérielle sur la gratuité scolaire.

Gratuité scolaire: pour en finir avec la confusion

Depuis le dépôt de la directive ministérielle sur la gratuité scolaire, le 7 juin dernier, des parents siégeant dans des conseils d’établissement partout dans la province nous contactent pour nous faire part de la situation actuelle dans leur école. Les parents sont particulièrement inquiets de la confusion qui règne autour des sorties. En effet, des interprétations diverses et contradictoires de la directive et de la Loi sur l’instruction publique sont parvenues jusqu’à nous. La FCPQ se demande comment cela est possible!

Nous comprenons que l’Association des directions générales des commissions scolaires (ADIGECS) a été mandatée pour produire un document explicatif à être distribué aux directions générales, ce qui est chose faite. Chaque commission scolaire a maintenant la responsabilité de se saisir de ce document, de le diffuser, de l’expliquer et de l’appliquer de la même manière dans toutes ses écoles. Pourquoi donc voit-on dans les commissions scolaires des interprétations qui contredisent grossièrement ce document rassembleur? Il n’appartient pas aux parents ni aux directions d’école de faire d’autres interprétations ou de faire respecter la Loi. La FCPQ fait confiance à l’ADIGECS et sait qu’elle s’assurera que la directive soit appliquée dans son réseau, dans le respect des milieux.

Le ministre Proulx a été clair sur les conséquences du non-respect de sa directive dans son point de presse du 7 juin dernier : «La Loi et la directive sont là pour être respectées et toute commission scolaire ou école qui imposera aux parents des frais pour des services éducatifs se verra sanctionnée». Le ministre a ajouté que le projet de loi 105 permet à lui et à son ministère de faire enquête, de faire des vérifications et d’intervenir auprès des commissions scolaires pour faire changer des pratiques non permises. La FCPQ a confiance que le ministère de l’Éducation veillera à l’application de la directive ministérielle.

M. Proulx a répété cette semaine à plusieurs médias son interprétation de la Loi, avec laquelle la FCPQ est d’accord. Il a soutenu entre autres que les sorties liées au programme éducatif doivent être maintenues gratuitement et que les sorties autres peuvent être chargées aux parents. Il a affirmé que du financement sera disponible pour assurer la gratuité des sorties éducatives. La FCPQ croit le ministre et compte sur lui.

Notre Fédération a toujours valorisé le travail collaboratif. D’ailleurs, la réflexion et le travail accompli au cours des dernières années, et plus spécifiquement au cours des derniers mois, dans le dossier des frais chargés aux parents le prouvent. Nous avons entre autres toujours eu le souci d’être présents dans les rencontres de concertation, puisque la gratuité scolaire et le respect de la Loi sont une priorité pour la FCPQ. Nous nous attendons à ce que tous les partenaires fassent de même.

Nous refusons que les élèves paient le prix de la confusion autour de la gratuité scolaire. Le ministre a été clair. Il n’y a aucune raison de ne pas suivre sa directive, d’autant plus qu’il existe des exemples de commissions scolaires qui respectent la Loi depuis longtemps et qui fonctionnent bien ainsi. Nous demandons que les commissions scolaires et le ministère de l’Éducation assurent le respect de la Loi et la directive, dans l’intérêt de nos enfants.

Corinne Payne, Présidente de la Fédération des comités de parents du Québec