Après avoir appris le décès de la fillette de sept ans, des citoyens et des voisins lui ont porté un hommage spontané devant la résidence où elle a été retrouvée dans un état critique lundi.

Fillette décédée: prévenir ce type de crime

À Granby, une fillette de sept ans est décédée à la suite des mauvais traitements que pourraient lui avoir fait subir ses parents. Le couple a été arrêté par le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec. L’enquête déterminera la responsabilité du père et de la belle-mère de l’enfant qui ont comparu au palais de justice de Granby.

La fillette avait été retirée de l’école il y a une semaine. À la suite du décès de la fillette, la Commission scolaire a déployé une cellule de crise. Un programme d’aide est déployé pour assister les employés en place. Une ligne confidentielle permet d’avoir l’assistance de psychologues, de travailleurs sociaux, de psychothérapeutes pour venir en aide aux employés. Des ressources sont également déployées à l’école pour soutenir la direction et l’ensemble du personnel de l’établissement. Finalement, une stratégie d’intervention est déployée à l’école. Elle comporte des psychologues, des animateurs de vie spirituelle et communautaire destinée aux enfants. Tous ces gens-là sont sur le terrain pour fournir au personnel, à la direction, aux enseignants, des lignes directrices pour accompagner les élèves dans cette situation.

Pourtant le physique de la fillette devait démontrer un état lamentable. Est-ce que quelqu’un s’en est aperçu? Si oui, est-il intervenu? Sinon, pourquoi? Est-ce que les commissions scolaires, les directions d’établissement scolaire, les parents, enfin tout le monde, sont sensibles et attentifs à ce que vit son voisin? En agissant ainsi, la fillette de Granby serait peut-être encore parmi nous. Agir avant pourrait prévenir le crime. Agir après peut donner bonne conscience, mais se préoccupe souvent de conserver l’image de l’institution. La cause du crime n’est pas éradiquée. La violence, la barbarie continuent son bonhomme de chemin.